Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Sisters

  • : Maboulsisters
  • Maboulsisters
  • : Deux sœurs partagent leurs délires et déboires de tous les jours à Maboulworld
  • Contact

Pour écrire aux sisters

maboulsisters@gmail.com

Archives

Pages

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 21:39

Ce titre évoquera pour la majorité d'entre vous celui d'une jolie petite comptine que l'on chantait pendant la récréation dans les cours d'école, et lors de laquelle on se tenait par le menton pour figurer la barbichette....

 

Ouais... ben sauf que nous, on ne figurait rien du tout... Velues comme des orang-outans (qui encore eux ont la chance d'avoir de longs poils roux soyeux), brunes comme des gorilles (toutes aussi gracieuses d'ailleurs), les sisters ont vraiment été gâtées par mère nature côté pilosité.

 

Pour lutter contre ce fléau, les sisters ont tout essayé :

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chez l'esthéticienne où le passage en caisse te fait plus mal au cul que les poils qu'elle vient de t'y arracher,

 

- Check, les séances décoloration à la maison avec du peroxyde made in bled, le fameux Blond d'Or, que si tu en fais tomber une goutte sur tes vêtements, ils ne se décolorent pas, il fondent..... et le super résultat avec la moustache toute blonde et le dessus de la lèvre qui pèle et vire au rouge vermillon... (limite tu préfère dire que tu as de l'herpès plutôt que d'expliquer comment tu en est arrivé là),

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chaude home made, avec le petit pot tout prêt à réchauffer au micro-ondes ou au bain-marie, que tu te renverses sur les mains (c'est à dire le seul endroit non poilu),

 

- Check les séances d'épilation à la cire de chez nous et le cramage de deux ou trois casseroles avec une super odeur de caramel cramé dans toute la rue,

 

- Check aussi, les séances de dépilation au disque abrasif où tes poils cramés te filent une odeur de "bouzellouf" super méga tenace (même s'il est vrai que cette solution rend la peau super douce).

 

On a même essayé de faire croire qu'on souffrait d'hypertrichose mais l'un des symtômes de cette maladie étant la malnutrition, on s'est vite fait griller avec nos joues aussi grosses que nos fesses....

 

Non mais sérieux, c'est quoi ce lobby du poil ?  On envoie des hommes dans l'espace, on fait des opérations à coeur ouvert plus rapides qu'un passage au drive chez McDo et on a toujours rien trouvé pour empêcher les poils de repousser...

 

sexy-chewbacca.gif

 

L'ultime recours... l'épilation au laser !

 

Rendez-vous est donc pris chez notre dermatologue adorée, qui se moque un peu de nous, et nous explique qu'il y a beaucoup plus poilu  (qui ? Chewbacca ?) et qu'on fait un peu une fixette sur un problème qui n'en est pas un.

 

Après avoir écouté nos jémériades, elle nous propose une dizaine de séances, pour le visage uniquement.

 

Bon allez c'est parti ! Rendez-vous est pris un mois plus tard avec l'obligation de ne plus s'épiler à la pince ou à la cire et de venir au rendez-vous le visage fraîchement épilé soit à la crème dépilatoire (se cramer la peau avant une épilation laser mais quelle bonne idée !),  soit épilé au rasoir.

 

Se raser ? Comme les keums ? Sérieux ? Pinaise elle est pourrie notre vie !

 

La date du premier rendez-vous arrive, tirage au sort à plouf-plouf dans la salle d'attente devant les clients médusés pour savoir laquelle passe en premier.

 

 

♦♦♦

 

Dedin Vs Laser

 

J'ai gagné à la plouf et c'est donc à moi qu'est revenu le "privilège" de commencer...

 

Vous comprendrez à la fin de mon témoignage, pourquoi le mot privilège est savamment mis entre guillemets.

 

Avant même de commencer, j'étais déjà traumatisée par le fait d'avoir dû, la veille au soir, me raser.... me raser le visage j'entends.

 

Car bien sûr, type méditerranéen et galliforme obligent, j'avais d'ores et déjà évidemment testé le rasage ailleurs que sur mon visage...

 

La dermato me demande si ça va.

 

Dans ma tête : "Ben tu m'as pas encore touchée, donc ça serait grave si ça n'allait déjà pas..."

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec le sourire crispé qui va avec.

 

La dermato me demande alors de m'allonger sur la table d'auscultation et de me détendre.

 

J'aurais peut être réussi, si je ne l'avais pas vu s'armer d'énormes lunettes, et commencer à faire biper dans tous les sens une sorte de transformateur électrique... qui je le comprends sur le coup, s'avère être la machine à laser.

 

Sur ce, la dermato se retourne et me tend une paire de lunettes de protection qui ressemblent à des lunettes de piscine, mais en métal... ça rassure vachement !!!

 

Elle me repose la question : "ça va toujours ?"

 

Dans ma tête : "Putain, pourquoi elle n'arrête pas de me demander si ça va, alors qu'on n'a rien commencé ? Elle va m'exécuter ou quoi ???"

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec un sourire de plus en plus crispé et les yeux exorbités.

 

Avec le recul, je crois que je devais un peu tirer cette tête là :

 

scrat2

 

Du coup, je cromprends mieux pourquoi la dermato n'arrêtait pas de me demander comment j'allais...

 

J'enfile les lunettes de plongée en métal et me retrouve donc dans l'obscurité totale... de plus en plus rassurant !!!

 

Et là, j'entends tout à coup un bruit ressemblant à celui que ferait un aspirateur, et je me crispe de plus en plus en m'aggripant à la table.

 

Tiens ! Un peu comme sur l'image ci-dessus maitenant que j'y pense...

 

Je relève un côté des lunettes pour voir d'où vient ce bruit terrifiant, et je vois la dermato se rapprocher de mon visage avec dans l'une de ses mains un tuyau blanc raccordé à une machine, duquel s'échappe un souffle glacial.

 

La dermato se veut rassurante : "Ne vous inquiétez pas ! C'est juste de l'air froid que je vais diriger sur votre visage en même temps que le laser pour anesthésier la peau et limiter la douleur."

 

Moi : "Oui, tout va bien" me rendant compte alors qu'elle ne m'avait pas posé la question...

 

Je replace mes lunettes de protection et me rallonge.

 

La dermato actionne le laser et le bruit est assez impressionnant : une succession de bips et de cliquetis des plus assourdissants.

 

La dermato : "Détendez-vous, je vais commencer."

 

Moi : "Oui, tout va bien"...

 

 

Et alors que je suis au comble de la crispation, la séance commence enfin... et finalement je m'attendais à pire !

 

On ressent une sorte de picotement plus ou moins intense selon les zones du visage.

 

Ce n'est pas très agréable, mais ce n'est pas la mort non plus !!!

 

La moustache est incontestablement la zone la plus sensible.

 

Je reconnais avoir versé une larme ou deux... mais tout comme je l'aurais fait avec une épilation à cire !

 

Le plus dur aura été de réussir à contrôler ma respiration avec ma bouche, pendant que la dermato persistait à diriger le souffle d'air froid en plein dans mes narines...

 

Toutefois, contrairement à un tubercule dont je ne citerai pas le nom, je sais me contrôler et tout s'est bien passé.

 

A la fin de la séance, on ressent effectivement une sensation de chaleur et des petits picotements, mais ce n'est pas le pire.

 

Le pire c'est l'odeur de poils grillés qui flotte dans la pièce, et qui je m'en rends compte avec effroi, émane de mon visage !!!

 

La dermato me tend ensuite un petit tube de crème hydratante en me conseillant de m'en appliquer toutes les deux heures jusqu'au soir.

 

Je remercie la dermato qui me raccompagne alors vers la salle d'attente pour pouvoir s'occuper ensuite de la deuxième sister.

 

Et alors que j'observe Patate suivre la dermato pour subir bénéficier du même traitement, je réalise l'erreur stratégique que représentait le fait de passer la première.

 

Le Cabinet médical est composé de 3 médecins qui partagent une seule et unique salle d'attente bondée de patients... et je vais devoir y attendre Patate pendant 10 à 15 minutes durant lesquelles mon visage exhalera une odeur de barbecue cramé et les sensations de chaleurs se transformeront en rougeurs et boursouflures.

 

La prochaine fois, je passerai en second !!!

 

♦♦♦

 

Patate Vs Laser

 

Avant le rendez-vous, en bonne hypocondriaque qui se respecte, j'ai lu sur internet que ce n'était pas très douloureux, donc confiante j'enfile les lunettes de protection que me tend la dermato et je m'allonge sur le fauteuil.

 

Je demande une dernière fois : "Ca fait pas mal hein ?"

 

"Allez arrêtez d'y penser, on y va !"

 

"Oui mais vous avez pas répondu à ma question..."

 

"Chut ! ne bougez plus !" répond-elle en approchant le laser

 

Gnaouuuuuuarrrrgh !

 

C'est à peu près le son que j'ai émis après les 3 premières secondes de laser.

 

Je pleure de douleur, je supplie la dermato d'arrêter :

 

"C'est pas grave finalement c'est original une femme à barbe, je vais lancer une mode... Pitié laissez-moi partir..."

 

J'essaye de me lever, elle me maintient le thorax de son autre main "Non mais c'est pas fini ce cinéma ? Allez calmez-vous et respirez ça va aller"

 

(Nota : pendant qu'elle passe le laser sur la zone à épiler, un souffle assez fort d'air glacé vous fouette le visage pour limiter la sensation de chaleur)

 

Vous savez respirer tout en hurlant et pleurnichant avec en plus un jet d'air glacial qui vous empêche de prendre votre respiration ?

 

Moi non plus ! J'essaie de respirer doucement pour voir si ça fait passer la douleur.

 

Impossible !  Walou ! Je supporte mieux en couinant comme une bête !

 

Arrivée sur la zone de la moustache, je suis sûre d'avoir battue le record en apnée tout en hurlant des insanités à toute l'humanité...

 

Bref dix minutes interminables de torture que j'ai endurées avec la classe et le flegme de... en fait non, une vraie merde !

 

La dermato arrête le laser, j'enlève les lunettes de protection, mon mascara a coulé, mon nez coule encore, mon visage est tout chaud... et dans l'air flotte une odeur de cochon grillé.

 

Je me rassieds... La dermato me demande "C'est fini ? Ca va ? Vous ne vous sentez pas  trop ridicule ?"

 

"Moi ridicule ? Non ! J'assume ! Je suis Merda represent !"

 

Je sors de la salle laser, la secrétaire peine à retenir son fou rire en me voyant, je hausse les épaules... (pfff elle peut pas comprendre c'est une blonde) ... et je traverse la salle d'attente bondée de clients qui me dévisagent en souriant... Je les snobbe et trace ma route (Je vous merde ! Moi je viens pour mes poils, pas pour une mycose des orteils).

 

♦♦♦

 

C'est pas fini, il faut encore traverser tout le quartier pour aller récupérer notre voiture, avec nos visages rouges et boursoufflés, et une subtile odeur de bouzellouf qui flotte dans notre sillage....

 

On sait, on sait vous pensez on s'en tape de vos tronches cramées... Mais au final est ce que ça marche ?

 

Si t'es comme nous (brune, velue et blanche [voire jaune] comme un cul) oui ça marche !

 

Pour épiler le reste de nos corps de volaille, on a opté pour l'épilation à la lumière pulsée.

 

Le coût de l'investissement dans un bon appareil (comme le nôtre par exemple) te fait aussi mal qu'une séance d'épilation du maillot au laser.

 

Simple à utiliser, tu rases, tu flashes, tu pleures (uniquement quand tu t'appelles Patate... car Dedin est plus digne)

Partager cet article

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires esthétiques
commenter cet article

commentaires