Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Sisters

  • : Maboulsisters
  • Maboulsisters
  • : Deux sœurs partagent leurs délires et déboires de tous les jours à Maboulworld
  • Contact

Pour écrire aux sisters

maboulsisters@gmail.com

Archives

Pages

13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 13:05

Nous sommes toujours sidérées par les mots clés qui ont pu mener certains internautes sur ce blog.

 

Certains ont dû être déçus :

 

 

dafuq-copie-1.jpg

 

 

Ou peut être qu'ils ont besoin d'un GPS pour ce faire...

 

dafuq2

 

Quoiqu'il en soit, la réponse c'est tout droit au fond du couloir..

 

little-turkey

 

 

Parfois, les requêtes sont.... comment dire...

 

dafuq3

 

C'est quoi ta question au juste? C'est juste un truc que tu kiffes ? Essaye plutôt www.poiluducul.com.

 

T'es poilu de là-bas et ça te chagrine hygiéniquement parlant ? ... Bah mange plus de fibres ça devrait être plus facile à gérer...

 

Ça te gratouille ? Ça te picote ? Tu t'arraches quelques poils quand tu te torches ?... va voir une esthéticienne !

 

D'ailleurs, tu dois pas être le seul dans ce cas, la preuve :

 

dafuq7

 

 

little-turkey

 

Après, viennent les questionnements hautement philosophiques du style "Sommes nous seuls dans l'univers ?", "Le chupacabra existe-t-il ?", "Mais où est donc ce p.... d'Ornicar ?"

 

Et là forcément, il arrive que certains cherchent à trouver la photo de cet être bizarre qui pourrait exister, sans qu'on en ait de preuve scientifique...

 

dafuq4.jpg

 

Cherche pas, c'est tellement rare que même la N.S.A a brouillé les pistes et censuré ceux qui auraient pu détenir ce type de cliché.

 

 

little-turkey

 

 

Puis, tu as le type, c'est pas que la poule ait des dents qui le dérange, c'est qu'elle puisse n'en avoir que deux !!!

 

 

dafuq5

 

little-turkey

 

 

Et là, au milieu de toutes ces requêtes, de ces questions existentielles si profondes (sans arrières pensées hein ?), une demande pleine de désespoir a attiré notre attention.

 

dafuq6.jpg

 

Non ! Les sisters ne peuvent pas rester insensibles à une telle interrogation melée d'espérance et de souffrance !

 

S'il faut, elle se marie demain matin la meuf tu vois !

 

Et puis... Ne soyons pas sexistes ! Si ça se trouve, c'est un mec ! Le même qui a un problème avec sa "rez" des fesses poilue ! 

 

Le pauvre, non seulement il a l'entrefesse velu, mais en plus il a du bide !!!

 

... Mais au fait ! C'est sexiste aussi d'imaginer que "raie poilue" est un mec.

 

C'est peut être une nana ! Laquelle, meskina, a du poil au cul à foison et le gras du bide qui recouvre sa toison !

 

 

IL FAUT ABSOLUMENT L'AIDER !!!

 

Donc pour toi ! Spéciale dédicace !

 

 

Oui ! Avoir un ventre plat en une nuit c'est possible !!! 

 

 

C'est un truc de grand-mère qu'on se refile de mères en filles qui nous vient de nos ancêtres berbères. On va le partager rien qu'avec toi.

 

C'est une sorte de cataplasme naturel super efficace qu'il faut savoir préparer soi-même.

 

Il faut du :

 

- du miel de jujubier : c'est un miel très connu pour ses nombreuses vertus thérapeutiques,


- 60 cl de leben : les bactéries lactiques qu'il contient sont particulièrement efficaces pour métaboliser les glucides et notamment le sucre, 


- 50 grammes de smen,

 

-  le jus de 3 figues de barbarie bien mûres fraîchement pressées : l'action amincissante de la figue de barbarie n'est plus à présenter.

 

Tu mélanges tous les ingrédients pour que ça fasse une sorte de pommade que tu laisses une nuit au réfrigérateur.

 

Ensuite tu y ajoutes 3 plumes de poule. Attention pas de poulet, il faut que ce soit une femelle, donc une poule ! C'est important, c'est une question génétique. Ca ne marchera pas avec des plumes de mâle !

 

Le lendemain, tu applique généreusement le mélange sur ton ventre, en te tenant debout sur ton pied droit, le genou gauche remonté. C'est important aussi, c'est une question de circulation sanguine et de drainage lymphatique.

 

Le liquide lymphatique se draine mieux si tu as le pied gauche levé. 

 

Une fois le mélange appliqué, tu lèves les bras et tu sautes à cloche pied en tournant sur toi-même 3 fois au moins.

 

Attention pas moins de 3 fois, c'est important, sinon le drainage n'a pas le temps de se faire correctement.

 

Et normalement, là... miracle de la phytothérapie, de la naturopathie et de l'incroyable pouvoir d'internet... tu devrais finir par t'apercevoir qu'on se fout de ta gueule !!!

 

"Un ventre plat en une nuit" ?  

 

Really ? Really ? Are you serious bro ?

pas de sexisme on a dit...   Are you serious sista ?

 

Bref... tout ça pour vous faire partager quelques unes de nos réactions de stupeur à la vue des mots clés qui ont conduit à notre blog...

 

Et bientôt, nous tenterons d'expliquer ce que cette personne recherchait exactement....

 

epilation-coeur.JPG

 

Epilation coeur ????   WTF ???

 

wtf2

 

Et c'est sans parler de la personne qui veut maigrir en couvrant des lasagnes avec du film plastique ou de celle qui se demande si une dinde "a t'il des dent"....


Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires de tous les jours
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:42

Comme vous avez déjà pu le voir dans de précédents billets, les sisters adorent les animaux.

 

Elles ont "grandi" entourées d'animaux, notamment parce que la Mama est une vraie gaga des bêtes (c'est pour ça qu'elle nous aime), et qu'elle avait l'habitude de ramener à la maison tous les animaux blessés qu'elle pouvait rencontrer afin de les soigner, de l'hirondelle à l'aile cassée, à la tortue retrouvée sur le dos !

 

Bref, ainsi conditionnées, il leur est impossible de ne pas intervenir en voyant une de leurs amies les bêtes en détresse.

 

C'est ainsi qu'un soir, ou plutôt une nuit puisqu'il était près d'une heure du matin, les sisters ont volé (aussi haut que peuvent voler une patate et une dinde...) au secours de Junior, un adorable mais particulièrement stupide berger allemand.

 

Après avoir raccompagné tout le monde après une soirée, et alors qu'elles parcouraient le chemin séparant le parking de leur maison, les sisters entendirent une sorte de "couinemissement".

 

Un "couinemissement" ????

 

Oui, oui, un "couinemissement" ! Une curieuse lamentation, à mi-chemin entre le couinement et le gémissement. Un truc qui te glace le sang quand tu l'entends !

 

- "Kekcékcebrui ?" s'exclamèrent de concert les deux frangines, avec un regard empli de terreur, chacune cherchant désespérement dans le regard de l'autre une explication plausible et rassurante à ce bruit semblant tout droit sorti d'une histoire de Stephen King.

 

Comme à leur habitude, c'est à dire, courageuses, mais pas tellement téméraires, les sisters hatèrent le pas pour rentrer à la maison.

 

"Houuuuuuuuuu Houuuuuuuuuwwwwwwouuuuuuuuuuuu"

 

Cette fois-ci ce fut plutôt un "couinelement"... (mi-couinement mi-hurlement... voyoooons !! Dites pas que vous n'avez pas compris ???)

 

Les sisters étaient paralysées sur place.

 

"Mais putain c'est quoi çaaaa ?"

 

Au lieu de courir se réfugier chez elles, comme toute personne normale l'aurait fait, les sisters, elles, maladivement curieuses, ne purent se résoudre à rentrer chez elles avant de découvrir l'origine du "bruichelou". (terme scientifique utilisé par la N.A.S.A pour définir un bruit à l'origine non identifée..... Si, si, c'est vrai !).

 

Se sentant soudain d'humeur "Scoobidooesque", les sisters décidèrent qu'elles voulaient résoudre ce mystère.

 

Patate dégaina ses clefs... "ça peut servir de couteau au cas où ça nous attaquerait !"

 

Dedin brandit sa petite brosse à cheveux de son sac... "ça peut...griffer ? Non ??"

 

Ainsi armées, (enfin... si l'on peut dire...) les sisters se dirigèrent vers l'endroit d'où semblait venir le "couinelement".

 

Le bruit semblait venir de derrière un transformateur électrique longeant un petit ruisseau.

 

Tout doucement, elles contournèrent le transformateur et se retrouvèrent au bord du  petit canal d'évacuation d'eau, sec à cette période de l'année.

 

Et là.... Tadaaaaa....  un chien !

 

Un jeune berger allemand, assez dodu, se trouvait là, dans le canal asséché, hurlant à la mort car il n'arrivait pas à en ressortir seul.

 

Le chien était assis, les yeux tristes à pleurer, devant sans doute espèrer qu'à force de hurler comme un damné, il allait réussir à se retrouver hors du canal comme par magie.

 

- "Hoooo, le pauuuuuuvre !!"

 

- "Il faut qu'on l'aide !"

 

Ni une, ni deux, Dedin sauta dans le canal. (bon ok... elle s''était laissé glisser tel un sac de patates après s'être assise au bord, mais c'est comme ça que les dindes sautent !!!)

 

Il faut préciser que ce fameux "canal" est d'une profondeur abyssale d'environ 1,20 m...

 

Les sisters en ayant déjà eu un, savent qu'un chien de cette race peut sauter assez haut, même sans élan, et pensèrent naïvement que ça serait du gateau que de faire sortir ce chien de ce tout petit canal.

 

Vie de merde, quand tu nous tiens...

 

Le chien restait là, posé sur son séant, et regardait Dedin d'un air dépité.

 

Un petit coup d'oeil au collier... il s'appelle JUNIOR.

 

"Coucou JUNIOOOOR, Tiens bon ! Tu es sauvé ! On va te sortir de là" entonèrent, confiantes, les sisters.

 

1ère stratégie :


Dedin : "Moi je l'aide à placer ses pattes avant sur le bord du canal et toi tu restes en haut et tu l'appelles, tu tapes des mains sur tes genoux pour l'encourager à sauter".

 

Patate : "Ok, bonne idée ! Allez hooop Junior hoop ! Allez Junior ! Hop ! Hop ! Hop" (Celui qui dit "HOPA GANGNAM STYLE" s'en prend une !)

 

Après 10 minutes de "Allez hop" inefficaces, il était temps de changer de stratégie.

 

 * * *

 

2ème statégie :


Patate: "Bon, il manque manifestement de confiance en lui. Moi je vais essayer de le tirer un peu par les pattes avant et toi tu lui pousse l'arrière train. Ca devrait déclencher chez lui le réflexe de sauter."

 

Dedin : "Ok on essaye. T'as pas peur qu'il te bouffe les mains ?"

 

Patate : "Ben non, pas jusqu'à ce que tu ramène ta grande gueule ! Mais maintenant je vais y penser c'est sûr !!"

 

5 minutes plus tard.... Junior semble être dépourvu du moindre réflexe.

 

Junior se laisse pousser d'un côté, tirer de l'autre, mais ne bouge pas, comme s'il n'était pas concerné le moins du monde par la situation.

 

Dedin : "Continue d'essayer de le soulever par les pattes avant, mois je vais essayer de le soulever par l'arrière"

...

Après 15 minutes de lutte au cours desquelles on aurait dit que Dedin essayait d'abuser sexuellement du chien... les sisters décidèrent qu'il était temps de changer encore de stratégie.

 

* * *

 

3ème stratégie :


Dedin : "Tiens regarde là-bas, il y'a une vieille cagette. Je vais la placer contre le rebord du canal, ça lui servira de marchepied" (marchepatte ça se dit ?) 

 

Patate : "Yessss !!! Avec ça il devrait réussir à sortir."

 

Que dalle !

 

Une fois la cagette placée contre la paroi du canal, Junior se contentait de la regarder d'un air absent... sans qu'il lui vienne une seule seconde à l'esprit, l'idée de monter dessus.

 

Dedin dû non seulement placer les pattes avant de Junior sur le rebord du canal, mais également soulever l'une après l'autre ses pattes arrières pour les poser une à une sur la cagette.

 

Une flèche ce Junior  !!!

 

Ainsi placé sur la cagette, toujours aucun reflexe de saut chez ce magnifique spécimen de l'une des races canines les plus reconnues pour la hauteur de saut.

 

Encore une exception qui confirme la règle.... encore pour notre tronche.

 

* * *

 

http://3.bp.blogspot.com/-OZlNV7IaS4g/Tazq-qiG0QI/AAAAAAAAE4k/gjCWIKO03-4/s400/dogsagain74.png

(source : Picture from the great Allie)

 

 

4ème stratégie : 


Patate : "Rajoute le petit carton sur la cagette, ça fera une marche en plus, après il devrait arriver à sortir."

 

Dedin : "Non mais et puis quoi encore ? Il est sérieux lui ? Faut qu'on lui construise un escalier ??? Pfffffffffff"

 

Tout en continuant à souffler et à pester, Dedin s'exécuta et plaça un petit carton récupéré à côté d'un conteneur à ordures sur la cagette.

 

Rebelote.... Junior n'ayant pas l'air de comprendre le système de l'escalier... Dedin plaça une patte arrière du chien sur le petit carton et là........ Miracle de l'évolution ! 

 

A 2 heures 15 du matin, Junior comprit enfin, et plaça de lui même sa deuxième patte arrière sur le carton, puis grimpa tout seul comme un grand (Patate le soutenant comme même sous les pattes avant... faut pas rêver !) sur le rebord du canal.

 

ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIIN !!!

 

http://2.bp.blogspot.com/--O3QdP270IM/TaCymw2JbYI/AAAAAAAAEzI/h_iweGLR6po/s400/dogsagain3alt.png

(source : Picture from the great Allie)


Ainsi libéré de son piège, Junior se rassit et regarda les sisters l'air de dire "Bon, maintenant on fait quoi ?"

 

- "Euuuh ! Nous on rentre chez nous et toi tu te démerde mon pote !"

 

Se sentant coupables d'abandonner là Junior, le berger allemand le plus bête de la création, les sisters regardèrent de plus près le collier du chien, dans l'espoir d'y trouver des renseignements sur son proprétaire.

 

BENEDICTION ! Au dos du médaillon estampillé "JUNIOR", était noté un numéro de téléphone portable.

 

Patate : "Bon, on appelle le proprio qu'il vienne récupérer son clébard, et on rentre."

 

Dedin : "Ouais... sauf qu'il est 2 heures du mat' ! ça craint pas d'appeler à cette heure-ci ?"

 

Patate : "Ben il n'avait qu'à mieux surveiller son chien et pas le laisser trainer tout seul dehors ! Non mais sans déconner !!!"

 

Remontée à bloc, Patate composa le numéro du propriétaire et fit un sermon digne des meilleurs orateurs.... à la messagerie vocale !

 

En effet, malgré plusieurs tentatives, le propriétaire devant dormir comme un bienheureux et se fichant certainement du sort de son chien comme de la dernière pluie, l'appel téléphonique des sisters demeura vain.

 

Alors qu'elles renonçaient à tenter de joindre le propriétaire de Rantanplan, les sisters découvrirent avec stupeur que ce con de Junior avait éventré un énorme sac poubelle puant et en dévorait l'interieur.... en l'occurence ce qui semblait être des penne rigate crues !

 

En s'approchant vivement du chien, Patate tenta de le raisonner : "Mais lâche ça putain Junioooor ! C'est dégueulasse !!! Et en plus c'est des pâtes crues, tu vas être malade !"

 

Tout à coup, à la vue de Patate s'approchant de son festin, Junior sembla retrouver son instinct animal...

 

Il retroussa ses babines pour nous montrer ses belles quenottes que nous n'avions pas remarquées jusque là et commença à grogner sauvagement.

 

Dedin "Bon ok Junior, tout doux ! tout doux ! On est tes copines, tu te rappelles ? C'est nous qui t'avons aidé à sortir du canal"

 

  "Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr" Traduction : "Rien à foutre ! C'est ma bouffe ! La première qui s'approche, j'la gnaque !"

 

Sans demander leur reste, les sisters rentrèrent chez elles, en pensant à un vieil adage provençal :


"Faï de ben à Betrand, te lou rendra en caguant"

 

... et en l'occurence...

 

FAIS DU BIEN A JUNIOR, ET CE FILS DE P... TE MORD !

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Mauvais délires
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 14:27

 

Ce n'est pas nouveau, les sisters ont une trouille bleue des araignées.


Oui, on pense aussi que c'est réciproque. Sauf que nous on ne fait rien pour rechercher la compagnie de ces  immondes bêtes poilues, (oui... on sait, c'est réciproque là aussi).

 

Sauf qu'en fait, ces scrogneugneu de bidules pleins de pattes semblent trouver un malin plaisir à venir nous faire mourir de peur dans toutes circonstances , surtout quand on est pleines d'entrain et prêtes à se mettre au boulot !

 

Au bureau, alors que pour une fois on bossait sérieusement, qu'est ce qu'on trouve sous un paquet de notes fluo ?

 

Tadaaa ! Un Titan !

  arai

 

 

Encore au bureau... Qu'est ce qu'on trouve en ouvrant un dossier ?

 

Bam ! Une grosse bébête ! (qui semble être fan de procédure civile)

 

araignées

 

Si on veut aérer un peu la pièce... Qu'est ce qu'on retrouve sur le rebord de la fenêtre ? 


Paf ! Un Alien !

 

arai 2

 

 

Et quand pour une fois on décide de faire les vitres de bon coeur ?


Bingo ! Un géant à huit pattes !

 

brrrrrrrrr

 

Idem dehors ! La seule fois de l'année où on se décide à aider notre Papounet au jardin, devinez qui se pointe ?


Zou ! Un monstre !

    cuisine-1032.JPG

 

Et quand on se décide alors à abandonner le jardinage et de ranger la cabane à outils de Papounet, qu'est ce ce qu'on trouve dans la cabane ? Hein ? 

 

Badaboum ! (C'est chiant ces onomatopées hein ?! ) Aragog en personne !

 

arai 3

 

 

Donc en fait après une rapide analyse, on s'est rendues compte qu'à chaque fois qu'on levait le petit doigt pour faire un truc, une araignée se pointait... Ca ne pouvait pas être une coïncidence ! C'était un signe !

 

On a compris ! Et obtempéré !

 

Et ça marche ! Depuis qu'on ne fout plus rien, ben franchement on voit beaucoup moins d'araignées !

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Mauvais délires
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 22:38

En plus d’être colériques, velues, gourmandes (que de qualités n’est ce pas ? Allez ne soyez pas jaloux tout le monde ne peut pas être parfait) les sisters ont la chance d’être dotées d’une super méga….. vision de merde ! 

 

"Miro" comme c’est pas permis, les taupes-modèles de sisters ne portent leurs lunettes que pour conduire ou regarder la télé.

 

Cette mauvaise habitude ajoutée à une imagination des plus fertiles leur joue bien souvent de sales tours…

 

Golfe de St-Tropez – Mois d’Août.

 

Les sisters décident de sortir et d’aller se promener histoire de prendre un peu l’air.

 

Arrivée devant sa voiture, Patate s’arrête un instant, elle a cru voir un truc bouger dans le monospace garé juste devant… non rien… ok

 

Patate s’installe au volant met sa ceinture… et ses lunettes (c’est bien ça le pire), Dedin fini de s’installer à côté quand elle marque aussi un arrêt en regardant avec insistance le monospace garé devant, ce qui y attire de nouveau l’attention de Patate.

 

Les sisters plissent leurs yeux et semblent réfléchir (si des fois ça nous arrive).

 

Patate se lance : Euh… "steuplai" dis moi que le type il a pas laissé son chien dans la voiture par cette chaleur ?

 

Dedin : Ah ben toi aussi tu l’as vu le chien ? Mais il est bizarre il nous regarde, il ne bouge pas, il n’aboie pas il est peut être déjà mort ?

 

En effet, à travers le pare-brise arrière du monospace entre les deux appuie-têtes arrière, les sisters ont distingué la tête d’un petit chien avec une tête toute triste et ses longues oreilles toutes pendantes… mais en effet, il ne bouge pas et n’aboie pas…

 

Les sisters se regardent rapidement et la décision est prise dans l’instant…

 

Elles bondissent de la voiture pour aller porter secours au malheureux animal avant qu’il ne soit trop tard…

 

Et il était trop tard…

 

Arrivées devant le monospace… pas de chien mais un énorme parasol rouge et blanc estampillé « Coca Cola »…

 

Petit moment de surprise, les sisters se regardent, regardent le parasol, se regardent… regardent autour d’elles si personne ne les a vues et retournent mourir de rire dans leur voiture.

 

parasol

 

* * *

 

Cannes - Mois de Juin

 

Les sisters se promènent avec Monsieur Patate qui leur fait visiter le centre ville.

 

Patate fait remarquer :

 

"Punaise c’est plein de caméras partout, tu peux même pas de curer le nez tranquillou sans te retrouver sur Youtube…"

 

En effet, régulièrement sur les façades des immeubles, on peut remarquer les caméras de vidéo surveillance que la ville a fait installer pour que tout le monde à Cannes ait la sensation permanente de participer au fameux festival cinématographique…

 

Un petit creux se fait sentir (qui a dit encore ?) et le duo décide de faire une pause goûter pendant que Monsieur Patate fini ses achats dans une boutique voisine.

 

A peine assises sur le rebord d’un muret, Patate fait remarquer en pointant du menton la façade d’un immeuble tout proche :

 

"Eh fais attention Dedin, mange proprement, on est filmées !"

 

Dedin lève la tête et en effet la petite caméra noire se déplace lentement de droite à gauche et semble se fixer régulièrement en direction des sisters.

 

graphics-camera-948184

"Eh ben voilà ! Que nous ! Ya plein de monde partout, ils nous filment nous ! Tout ça parce qu’on est velues je suis sûre… la menace terroriste plane et les barbues comme nous payent pour les autres… Merde alors !"

 

Les sisters finissent rapidement (comme d’hab) leur casse-croûte, obnubilées par cette caméra qui ne cesse de balayer dans leur direction.

 

Les nerfs montent…

 

Monsieur Patate sort de la boutique et rejoint les sisters furibondes… Mais qu’est ce qui leur arrive encore à celles là pense t’il en les voyant gesticuler en direction de l’immeuble voisin.

 

En effet les sisters font des grimaces en direction de la caméra…

 

Il questionne :

 

- "Qu’est ce que vous faites, parce que là tout le monde vous regarde quand même… ?"

 

Les sisters d’une seule voix :

 

- "Comment ça qu’est ce qu’on fait ? Puisqu’ils ont décidé de fixer la caméra uniquement sur nous, on leur donne du spectacle !"

 

- "Mais quelle caméra ?"

 

- "La caméra là en face sur la façade ! Tu la vois ? Regarde, regarde, elle bouge encore dans  notre direction !!! T’as vu ?! C’est de la provocation ! C’est du racisme ! Ils n’aiment pas les Dindes et les Patates à Cannes…On va pas se laisser faire ! Dinde Powaaa ! No Pasaràn !"

 

- "Euh quelle caméra ?"

 

- "Pétard mais tu le fais exprès ? Là en face regarde tu vois le rebord de la fenêtre du deuxième étage ? Ben juste au coin !"

 

- "Ouais ben votre caméra c’est une tourterelle ! On peut y aller maintenant  ? Parce que je connais du monde là et que vous me faites vraiment honte sérieux..."

 

pigeonss

 

 

 * * *

 

Autoroute A8 – Mandelieu - Février

 

8 heures du mat', les sisters et une de leurs amies que nous surnommeront Foufoune pour respecter son anonymat (Elle souffre déjà beaucoup de devoir nous supporter n’en rajoutons pas là en dévoilant sa véritable identité) se rendent en cours à Nice.

 

Patate au volant s’ennuie un peu, l’autoroute est quasiment vide, Dedin dort à côté comme à chaque fois qu’elle monte dans une voiture, et Foufoune ne cesse de réclamer que l’on réécoute la même chanson depuis une heure.

 

L’idée de se retrouver bientôt enfermées pour trois heures de cours de droit administratif avec un professeur aussi dynamique qu’un épouvantail dans un champ de maïs, (avec du reste exactement la même coupe de cheveux...), ne vient en rien améliorer l’ambiance.

 

Le dernier radar est passé, il y a maintenant une très grande ligne droite en montée… Patate se met à sourire d’un coup et se redresse derrière son volant, ce qui réveille Dedin et inquiète Foufoune.

 

Allez la voiture est neuve, depuis six mois je la préserve maintenant c’est bon, il n’y a personne devant, personne derrière, ANDAREEEE !!!!

 

Et vroummmm le turbo ronronne et Patate s’éclate toute seule devant le regard super méga inquiet de ses passagères.

 

- "Euh…. c’est limité à 130 quand même… ! "

 

- "C’est bon, t’inquiète, je la fais tirer un petit peu jusqu’en haut de la montée et…"

 

Le regard de Patate est attiré par un objet noir posé à droite sur le bord de l’autoroute à quelques centaines de mètres devant.

 

Patate réfléchit et analyse… On dirait un gros poste radio posé sur un tabouret…. Mais qui aurait bien pu poser un poste sur le bord de l’autoroute à cette heure ci ? C’est dangereux en plus…

 

Elle ralentit légèrement son véhicule et demande à Dedin tout en continuant de fixer cet objet bizarre.

 

- "Eh Dedin toi aussi tu le vois le poste là ? C’est quand même bizarre non ?"

 

Et au même moment :

  graphics-camera-254249.gif

 

Eblouies les sisters mettent quelques secondes à comprendre ce qui venait de se passer, pendant que Foufoune derrière était écroulée de rire :

 

- "Un poste sur un tabouret ?! Mais t’es sérieuse ?! T’as vu le radar 500 mètres avant et t’as pas ralenti ! Mouhahaha ! Un poste sur un tabouret !!!"

 

radar

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires de tous les jours
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 21:39

Ce titre évoquera pour la majorité d'entre vous celui d'une jolie petite comptine que l'on chantait pendant la récréation dans les cours d'école, et lors de laquelle on se tenait par le menton pour figurer la barbichette....

 

Ouais... ben sauf que nous, on ne figurait rien du tout... Velues comme des orang-outans (qui encore eux ont la chance d'avoir de longs poils roux soyeux), brunes comme des gorilles (toutes aussi gracieuses d'ailleurs), les sisters ont vraiment été gâtées par mère nature côté pilosité.

 

Pour lutter contre ce fléau, les sisters ont tout essayé :

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chez l'esthéticienne où le passage en caisse te fait plus mal au cul que les poils qu'elle vient de t'y arracher,

 

- Check, les séances décoloration à la maison avec du peroxyde made in bled, le fameux Blond d'Or, que si tu en fais tomber une goutte sur tes vêtements, ils ne se décolorent pas, il fondent..... et le super résultat avec la moustache toute blonde et le dessus de la lèvre qui pèle et vire au rouge vermillon... (limite tu préfère dire que tu as de l'herpès plutôt que d'expliquer comment tu en est arrivé là),

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chaude home made, avec le petit pot tout prêt à réchauffer au micro-ondes ou au bain-marie, que tu te renverses sur les mains (c'est à dire le seul endroit non poilu),

 

- Check les séances d'épilation à la cire de chez nous et le cramage de deux ou trois casseroles avec une super odeur de caramel cramé dans toute la rue,

 

- Check aussi, les séances de dépilation au disque abrasif où tes poils cramés te filent une odeur de "bouzellouf" super méga tenace (même s'il est vrai que cette solution rend la peau super douce).

 

On a même essayé de faire croire qu'on souffrait d'hypertrichose mais l'un des symtômes de cette maladie étant la malnutrition, on s'est vite fait griller avec nos joues aussi grosses que nos fesses....

 

Non mais sérieux, c'est quoi ce lobby du poil ?  On envoie des hommes dans l'espace, on fait des opérations à coeur ouvert plus rapides qu'un passage au drive chez McDo et on a toujours rien trouvé pour empêcher les poils de repousser...

 

sexy-chewbacca.gif

 

L'ultime recours... l'épilation au laser !

 

Rendez-vous est donc pris chez notre dermatologue adorée, qui se moque un peu de nous, et nous explique qu'il y a beaucoup plus poilu  (qui ? Chewbacca ?) et qu'on fait un peu une fixette sur un problème qui n'en est pas un.

 

Après avoir écouté nos jémériades, elle nous propose une dizaine de séances, pour le visage uniquement.

 

Bon allez c'est parti ! Rendez-vous est pris un mois plus tard avec l'obligation de ne plus s'épiler à la pince ou à la cire et de venir au rendez-vous le visage fraîchement épilé soit à la crème dépilatoire (se cramer la peau avant une épilation laser mais quelle bonne idée !),  soit épilé au rasoir.

 

Se raser ? Comme les keums ? Sérieux ? Pinaise elle est pourrie notre vie !

 

La date du premier rendez-vous arrive, tirage au sort à plouf-plouf dans la salle d'attente devant les clients médusés pour savoir laquelle passe en premier.

 

 

♦♦♦

 

Dedin Vs Laser

 

J'ai gagné à la plouf et c'est donc à moi qu'est revenu le "privilège" de commencer...

 

Vous comprendrez à la fin de mon témoignage, pourquoi le mot privilège est savamment mis entre guillemets.

 

Avant même de commencer, j'étais déjà traumatisée par le fait d'avoir dû, la veille au soir, me raser.... me raser le visage j'entends.

 

Car bien sûr, type méditerranéen et galliforme obligent, j'avais d'ores et déjà évidemment testé le rasage ailleurs que sur mon visage...

 

La dermato me demande si ça va.

 

Dans ma tête : "Ben tu m'as pas encore touchée, donc ça serait grave si ça n'allait déjà pas..."

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec le sourire crispé qui va avec.

 

La dermato me demande alors de m'allonger sur la table d'auscultation et de me détendre.

 

J'aurais peut être réussi, si je ne l'avais pas vu s'armer d'énormes lunettes, et commencer à faire biper dans tous les sens une sorte de transformateur électrique... qui je le comprends sur le coup, s'avère être la machine à laser.

 

Sur ce, la dermato se retourne et me tend une paire de lunettes de protection qui ressemblent à des lunettes de piscine, mais en métal... ça rassure vachement !!!

 

Elle me repose la question : "ça va toujours ?"

 

Dans ma tête : "Putain, pourquoi elle n'arrête pas de me demander si ça va, alors qu'on n'a rien commencé ? Elle va m'exécuter ou quoi ???"

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec un sourire de plus en plus crispé et les yeux exorbités.

 

Avec le recul, je crois que je devais un peu tirer cette tête là :

 

scrat2

 

Du coup, je cromprends mieux pourquoi la dermato n'arrêtait pas de me demander comment j'allais...

 

J'enfile les lunettes de plongée en métal et me retrouve donc dans l'obscurité totale... de plus en plus rassurant !!!

 

Et là, j'entends tout à coup un bruit ressemblant à celui que ferait un aspirateur, et je me crispe de plus en plus en m'aggripant à la table.

 

Tiens ! Un peu comme sur l'image ci-dessus maitenant que j'y pense...

 

Je relève un côté des lunettes pour voir d'où vient ce bruit terrifiant, et je vois la dermato se rapprocher de mon visage avec dans l'une de ses mains un tuyau blanc raccordé à une machine, duquel s'échappe un souffle glacial.

 

La dermato se veut rassurante : "Ne vous inquiétez pas ! C'est juste de l'air froid que je vais diriger sur votre visage en même temps que le laser pour anesthésier la peau et limiter la douleur."

 

Moi : "Oui, tout va bien" me rendant compte alors qu'elle ne m'avait pas posé la question...

 

Je replace mes lunettes de protection et me rallonge.

 

La dermato actionne le laser et le bruit est assez impressionnant : une succession de bips et de cliquetis des plus assourdissants.

 

La dermato : "Détendez-vous, je vais commencer."

 

Moi : "Oui, tout va bien"...

 

 

Et alors que je suis au comble de la crispation, la séance commence enfin... et finalement je m'attendais à pire !

 

On ressent une sorte de picotement plus ou moins intense selon les zones du visage.

 

Ce n'est pas très agréable, mais ce n'est pas la mort non plus !!!

 

La moustache est incontestablement la zone la plus sensible.

 

Je reconnais avoir versé une larme ou deux... mais tout comme je l'aurais fait avec une épilation à cire !

 

Le plus dur aura été de réussir à contrôler ma respiration avec ma bouche, pendant que la dermato persistait à diriger le souffle d'air froid en plein dans mes narines...

 

Toutefois, contrairement à un tubercule dont je ne citerai pas le nom, je sais me contrôler et tout s'est bien passé.

 

A la fin de la séance, on ressent effectivement une sensation de chaleur et des petits picotements, mais ce n'est pas le pire.

 

Le pire c'est l'odeur de poils grillés qui flotte dans la pièce, et qui je m'en rends compte avec effroi, émane de mon visage !!!

 

La dermato me tend ensuite un petit tube de crème hydratante en me conseillant de m'en appliquer toutes les deux heures jusqu'au soir.

 

Je remercie la dermato qui me raccompagne alors vers la salle d'attente pour pouvoir s'occuper ensuite de la deuxième sister.

 

Et alors que j'observe Patate suivre la dermato pour subir bénéficier du même traitement, je réalise l'erreur stratégique que représentait le fait de passer la première.

 

Le Cabinet médical est composé de 3 médecins qui partagent une seule et unique salle d'attente bondée de patients... et je vais devoir y attendre Patate pendant 10 à 15 minutes durant lesquelles mon visage exhalera une odeur de barbecue cramé et les sensations de chaleurs se transformeront en rougeurs et boursouflures.

 

La prochaine fois, je passerai en second !!!

 

♦♦♦

 

Patate Vs Laser

 

Avant le rendez-vous, en bonne hypocondriaque qui se respecte, j'ai lu sur internet que ce n'était pas très douloureux, donc confiante j'enfile les lunettes de protection que me tend la dermato et je m'allonge sur le fauteuil.

 

Je demande une dernière fois : "Ca fait pas mal hein ?"

 

"Allez arrêtez d'y penser, on y va !"

 

"Oui mais vous avez pas répondu à ma question..."

 

"Chut ! ne bougez plus !" répond-elle en approchant le laser

 

Gnaouuuuuuarrrrgh !

 

C'est à peu près le son que j'ai émis après les 3 premières secondes de laser.

 

Je pleure de douleur, je supplie la dermato d'arrêter :

 

"C'est pas grave finalement c'est original une femme à barbe, je vais lancer une mode... Pitié laissez-moi partir..."

 

J'essaye de me lever, elle me maintient le thorax de son autre main "Non mais c'est pas fini ce cinéma ? Allez calmez-vous et respirez ça va aller"

 

(Nota : pendant qu'elle passe le laser sur la zone à épiler, un souffle assez fort d'air glacé vous fouette le visage pour limiter la sensation de chaleur)

 

Vous savez respirer tout en hurlant et pleurnichant avec en plus un jet d'air glacial qui vous empêche de prendre votre respiration ?

 

Moi non plus ! J'essaie de respirer doucement pour voir si ça fait passer la douleur.

 

Impossible !  Walou ! Je supporte mieux en couinant comme une bête !

 

Arrivée sur la zone de la moustache, je suis sûre d'avoir battue le record en apnée tout en hurlant des insanités à toute l'humanité...

 

Bref dix minutes interminables de torture que j'ai endurées avec la classe et le flegme de... en fait non, une vraie merde !

 

La dermato arrête le laser, j'enlève les lunettes de protection, mon mascara a coulé, mon nez coule encore, mon visage est tout chaud... et dans l'air flotte une odeur de cochon grillé.

 

Je me rassieds... La dermato me demande "C'est fini ? Ca va ? Vous ne vous sentez pas  trop ridicule ?"

 

"Moi ridicule ? Non ! J'assume ! Je suis Merda represent !"

 

Je sors de la salle laser, la secrétaire peine à retenir son fou rire en me voyant, je hausse les épaules... (pfff elle peut pas comprendre c'est une blonde) ... et je traverse la salle d'attente bondée de clients qui me dévisagent en souriant... Je les snobbe et trace ma route (Je vous merde ! Moi je viens pour mes poils, pas pour une mycose des orteils).

 

♦♦♦

 

C'est pas fini, il faut encore traverser tout le quartier pour aller récupérer notre voiture, avec nos visages rouges et boursoufflés, et une subtile odeur de bouzellouf qui flotte dans notre sillage....

 

On sait, on sait vous pensez on s'en tape de vos tronches cramées... Mais au final est ce que ça marche ?

 

Si t'es comme nous (brune, velue et blanche [voire jaune] comme un cul) oui ça marche !

 

Pour épiler le reste de nos corps de volaille, on a opté pour l'épilation à la lumière pulsée.

 

Le coût de l'investissement dans un bon appareil (comme le nôtre par exemple) te fait aussi mal qu'une séance d'épilation du maillot au laser.

 

Simple à utiliser, tu rases, tu flashes, tu pleures (uniquement quand tu t'appelles Patate... car Dedin est plus digne)

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires esthétiques
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 20:34

Et oui les sisters savent citer Einstein et même expliquer basiquement la théorie de la relativité restreinte (Merci Sheldon) !

 

Cette théorie nous dit que le temps s'écoule plus lentement pour un observateur qui se déplace rapidement que pour un autre observateur, fixe ou animé d'un mouvement plus lent.

 

Autrement dit, plus on va vite et plus le temps ralentit.

 

Prenons une durée de temps... 20 jours par exemple.

 

Ca passe vite 20 jours, regardez hier on finissait nos achats de Noël et là déjà nous sommes presque à la mi-février...

 

On préparait la fin du monde le 21 décembre dernier et là on fait les fonds de tiroirs pour payer l'échéance du  tiers prévisionnel avant le 15 mars.

 

20 jours de congés, ça passe tellement vite qu'on attend impatiemment les prochains en choisissant son nouveau maillot de bains pendant les soldes, qui sont déjà finies, et oui elles ne durent que 5 semaines...

 

Maintenant prenons une cellule de prison, dans un pays dictatorial, l'Irak par exemple.

 

Prenons un journaliste qui se trouve là pour un reportage et à qui on reproche d'avoir pris quelques photos. Appelons le Nadir.

 

Puis mettons ce journaliste dans cette cellule, sans lui notifier les griefs qui lui sont reprochés et qui pourraient justifier une éventuelle sanction, et fermons cette cellule un mercredi... un 23 janvier par exemple.

 

Ensuite prenons un juge qui décide que pendant une enquête à durée indéterminée notre ami Nadir restera là, dans cette cellule, sans savoir pourquoi exactement il est là,  ni pendant combien de temps... et surtout ne donnons aucune nouvelle à sa famille ou à ses proches.

 

Imaginez-vous 20 jours à la place de Nadir... Eh ben oui du coup 20 jours c'est la "Mierda!" c'est long, c'est anormal; c'est inacceptable !

 

Donc aujourd'hui comme les sisters vous ont fait un petit cours sur le principe de la relativité et que vous avez bien kiffé; pour montrer que vous avez compris, c'est interro écrite tout de suite !

 

 Signez ici la pétition pour la libération de Nadir Dendoune

 

 

9782709634373-T.jpg

 

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires d'Actualité
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 22:02


C'est bien connu, les chiens ont un flair hors du commun !

Cela leur permet de protéger leurs maîtres, car ils sont en mesure de détecter la présence d'un intrus !

Leur ouïe également, plus ou moins développée selon les races, en font d'excellentes alarmes sur pattes.

Enfin... pas tous les chiens !

Il fallait bien qu'il y ait une exception pour confirmer la règle !!!

Mais la question que se posent les sisters est la suivante : Pourquoi diable faut-il qu'à chaque fois qu'il existe une exception, il faut que ça tombe sur elles ???

En effet, les sisters avaient un chien nommé Hélios, et ce chien était bel et bien une exception.

Je dis "était" car malheureusement Hélios n'est plus...

Ha non !!! Pas de petite larme sur ce blog ! Hélios a vécu une vie de pas chat pacha jusqu'à l'âge de 18 ans, ce qui correspond environ à 94 ans de vie de roi pour un être humain... il a donc eu une très belle vie (oui, même en compagnie des sisters !)

Description du bestiau : 2,5 Kg, entre 20 et 25 cm de haut, 3 dents, une couette sur le haut de crâne.

 

2 helios

 

Impressionnant, n'est-ce pas ?



I - RAPPEL DES FAITS

Anecdote prouvant la qualité d’exception de notre regretté Hélios :

Un soir, les 3 sisters passaient une soirée tranquilou avec leur Papounet au premier étage, à discuter de tout et de rien. (oui, au total les sisters sont 3, mais afin d'éviter des catastrophes qui pourraient nuire à la survie de notre espèce, les autorités ont exigé de réduire au maximum la réunion des 3 éléments instables...)

De son côté, Mamounette s'était absentée pour rendre visite à Grandmerounette. 

Alors que nous étions donc tous les 4 en train de refaire le monde, Hélios lui, était lamentablement affalé de toute sa masse de 2,5 kg sur le canapé et somnolait paisiblement.

Quand soudain les sisters et Papounet entendent le bruit de la porte d'entrée au rez-de-chaussée.

 

Rien d'anormal à priori, ce doit être la Daronne qui rentre.


Au bout de quelques minutes, ne voyant toujours pas Mamounette arriver, les sisters et leur père commencent à se dire qu'il se passe quelques chose de bizarre, puisque seules 14 marches séparent le rez-de-chaussée de l'étage !

Après avoir perdu encore quelques minutes à se regarder silencieusement en chien de faïence pour déterminer qui allait descendre voir ce qui se passe en bas, genre "le premier qui parle descend !", les sisters et leur padre se décident finalement à descendre tous ensemble.

Et là, mauvaise surprise !

Maman n'était pas là, comme on s'y attendait.

La porte d'entrée était grande ouverte..

La porte d'accès au garage... ouverte aussi.

Et dans le garage, là où devrait se trouver la mobylette de la voisine qui est autorisée à l'y entreposer, plus rien !!!

Le vieil ordinateur datant de Mathusalem qui prenait la poussière dans un coin, a manifestement été déplacé, (les traces dans la poussière ne laissant aucun doute à ce sujet) le cambrioleur ayant certainement été amené à faire un choix stratégique, faute de temps, entre une mobylette et un vieil ordi pourri.

Encore quelques minutes de bug collectif...

"A mon avis, c'était pas Maman tout à l'heure ! Ce doit certainement être un voleur. Et oui... j'ai deviné  ! Maman n'aurait
pas laissé la porte d'entrée grande ouverte !" se permit d'avancer de manière très perspicace Dedin avec les yeux plissés à la manière d'un grand détective qui vient de résoudre une énigme !

"Merci Einstein !" fut la réponse collective du reste du groupe...

Un petit coup d'oeil plus qu'optimiste dans la rue et les alentours... au cas où le voleur nous attendrait... Rien, évidemment
!!!

Après avoir prévenue la voisine et les gendarmes, les sisters et leur père remontèrent à l'étage, encore "chamboulés" par le
cambriolage.

Mais comment diable ce cambrioleur a-t-il pu pénétrer dans la maison, entrer dans le garage, tenter de voler l'ordinateur, voler la mobylette en la faisant passer par le hall d'entrée, sans que personne n'entende rien ???? C'est vrai merde ! On a un chien !!

Le regard des 4 bipèdes se dirigea alors vers le canapé où avait été vu pour la dernière fois LE chien.

A première vue, pas de chien !

"Merde ! Il a réussi à nous voler le chien aussi !!!"

Non, non ! En y regardant d'un peu plus près, nous finîmes par remarquer une petite touffe de poils qui dépassait de sous l'un des coussins du canapé.

Le patriarche souleva le petit coussin, et là, dormait paisiblement, comme si de rien n'était, LE chien de garde.

Sentant certainement peser sur lui le poids de 4 regards réprobateurs, Hélios finit par ouvrir un oeil et à redresser sa tête l'air de dire :  "Keskispasse ?"

"Dis donc, espère boule de poils inutile, t'aurais rien entendu, ni rien flairé de suspect par hasard ?" questionna Patate.

En guise de réponse, Hélios retourna sa tête avec dédain vers le dossier du canapé et se rendormit.

 

3 helios

 

II - DISCUSSION

Faut-il déduire de tout cela qu'Hélios était dépourvu de tout flair ?

Bien sûr que non ! Cette déduction serait aussi hâtive qu’erronée.

En effet, Hélios était capable de retrouver sa baballe quel que fut l'endroit improbable où les sisters pouvait la planquer.

Hélios se mettait également à grogner et aboyer lorsqu'il entendait Papa rentrer du travail, alors même que ce dernier était encore tout au bout de la rue.

Il doit donc certainement y avoir une autre explication à l'extraordinaire passivité d'Hélios lors du cambriolage... LE VERITE EST AILLEURS !

 

4 helios

 

III - CONCLUSION

Hélios était indéniablement doué d'un flair et d'une ouïe aussi développés que chez ses congénères. 

L'explication de la léthargie d'Hélios lors du cambriolage est d'une simplicité alarmante... C'était tout simplement un trouillard et un flemmard de première !!!

Il avait dû se dire : "Pourquoi se faire chier à prévenir qu'il y a un intrus ? On va encore me dire "Attaque !", ça va être à moi de m'occuper tout seul de l'intrus, et si je n'y arrive pas, ça va encore me retomber dessus alors que je pèse 2,5 kg tout mouillé !!!"

Pas folle la guêpe !

Et oui... il parait que les chiens ressemblent à leurs maîtres...

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires divers
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 13:30

En juin 2010, alors qu'une partie de notre département subissait une importante panne de courant de près de 72 heures, les sisters ont testé pour vous : Vivre au 21e siècle sans électricité.

 

Au fait, saviez vous que les accidents domestiques représentent 61 % des accidents de la vie courante ?

 

Saviez-vous aussi que les sisters sont à l'origine de 50 % d'entre eux ?

 

Pour obtenir une réponse à ces questions, suivez le reportage exclusif des sisters durant ce retour à l'âge de pierre.

 

1er jour - 15 heures - Premières minutes de la panne

 

Il est 15 heures et chacune des sisters est à son bureau quand paf... le courant s'en va.

 

Bureau de Patate.

 

"P[censuré] de [censuré] de crotte de panda !" s'exclame Patate qui était en train de travailler sur un dossier ultra supra méga urgent (limite trop tard).

 

Elle assène un elbow drop à son clavier et jette furieusement son stylo contre l'écran de l'ordinateur, lequel rebondi sur le dos de sa collègue qui travaillait à quelques mètres et qui n'a pas encore compris ce qui venait de se passer.

 

Patate, se lève furieuse et le visage rouge pivoine, déboule dans le bureau de son boss qui ne lève même pas la tête  :

 

"Qu'est ce qui vous arrive encore ?"

 

"Patron (trémolos dans la voix) je te jure j'avais presque fini, j'étais même en avance sur un dossier et là c'est tout parti !!! Je te jure cette fois-ci c'est pas ma faute !"

 

"Oui oui.... je sais.. comme d'habitude... Fermez la porte en sortant et ne faites pas peur aux clients".

 

 

* * *

 

Au même moment, Dedin à son bureau.

 

Dedin ne se doute pas une seule seconde du drame* qui se trame ! (Oh ! Trop fort ! ça rime)

* drame : nom masculin, désignant dans le monde de Patate et Dedin, une coupure de courant.

 

En effet, à Saint-Tropez (à prononcer avec un accent british hautain) il n'y a pas de coupure de courant !!!

 

Les Tropéziens laissent ce genre de désagréments au petit peuple entassé dans les autres communes du département.

 

Ce qui veut dire qu'à Saint-Tropez, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il y ait une invasion de zombies sanguinaires, tu travailles et tu ferme ta g..... !

 

Bref, comme à leur habitude les sisters gèrent les premières minutes de cette panne avec un calme et une zénitude exemplaires.

 

 

1er jour - 30 premières minutes de la panne

 

Retour au bureau de Patate.

 

Un client se met à râler après la secrétaire parce qu'il a chaud et que la climatisation de la salle d'attente ne marche plus.

 

Patate, grande médiatrice devant l'éternel, intervient et lui propose calmement et gentiment de le refroidir définitivement s'il ne va pas se rasseoir immédiatement.

 

   

1er jour - 19 heures - 4ème heure de la panne

 

Chacune des sisters est rentrée chez elle.

 

Chez Patate.

 

Patate et Mr Patate se rendent alors compte que leur choix d'acquisition, quelques semaines auparavant, d'une plaque de cuisson à induction pour se la jouer Top-Chef était une idée pourrie.

 

Pas d'électricité = pas de micro-ondes, pas de four, pas de cuisinière, pas de cafetière... Walou ! Rien ! Nada !

 

Va jouer à Top-Chef avec un paquet de chips et des portions de Vache qui rit.

 

Très confiants toutefois dans un retour prochain du courant, Patate et Mr Patate, geeks aguerris, armés chacun de leur smartphone, s'amusent pendant une bonne heure sur les réseaux sociaux... lorsque l'autonomie merdique de l'iphone rappelle Patate à la terrible réalité.

 

"P[censuré] de [censuré] de pipi de chevreuil !" pleurniche Patate "Mais comment je vais faire sans téléphone ?"

 

Qu'à cela ne tienne, Patate est pleine de ressources et se dirige tranquillement vers l'ordinateur du salon pour pouvoir passer le temps tranquillement, avant que son petit cerveau, déjà en manque de techonologie, ne comprenne définivitement la situation.

 

"Mais P[censuré] de [censuré] de vomi de chacal ! Ca veut dire pas de télé, pas d'ordi, pas de X-Box, pas de téléphone ? Mais merde je vais faire quoi moi ? Qu'est ce que je vais deveniiiir" fond-elle en larmes.

 

Mr Patate lui suggéra ironiquement de se mettre au tricot ou au crochet et eu à peine le temps d'esquiver la pantoufle que Patate venait d'envoyer dans sa direction.

 

* * *

 

Chez Dedin.

 

Après une bonne heure de route, bloquée dans les bouchons par une chaleur caniculaire dans son vieux tacot non climatisé, Dedin finit par arriver chez elle en nage et se dirige d'un pas décidé vers le ventilateur, pressée de se rafraîchir un peu.

 

"Merdimarcheplu !" fut la première conclusion hautement perspicace de Dedin.

 

"A moins que ce ne soit la prise qui déconne !" fut la deuxième conclusion, résultant certainement d'un début de déni psychologique à l'idée qu'il n'y ait plus de courant.

 

Afin de tester son hypothèse, Dedin débranche la lampe qui était posée un peu plus loin et la branche à la place du ventilateur...

 

Roulement de tambour.... Dedin enclenche l'interrupteur et TADAAAAAAA................RIEN !

 

"CQFD ! C'est bien la prise qui ne marche pas !!!"

 

Toute aussi pleine de ressources que son aînée, Dedin entreprend alors de brancher le ventilateur sur la prise où était initialement branchée la lampe et là...... RIEN !

 

"Tiens, c'est  bizarre !? J'ai deux prises qui ne marchent pas dans mon salon !" 

 

Déni, quand tu nous tiens !

 

Ne connaissant rien en électricité et ne souhaitant pas suer plus à essayer de chercher l'origine du problème avec les deux prises récalcitrantes, Dedin décida alors d'aller s'allonger de toute sa masse sur le canapé pour regarder la télé.

 

"Mr Patate est électricien, je lui en parlerai plus tard. En attendant, je vais me rafraîchir devant la télé en évitant de faire le moindre mouvement, jusqu'à ce que j'ai moins chaud !"

 

Un dernier mouvement tout de même en direction de la télécommande pour allumer la sacro-sainte télévision.... RIEN !

 

"NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !!!!!!!!!!!!!!! "

 

Dedin comprit enfin qu'il n'y avait plus de courant.

 

Un dernier espoir tout de même : le disjoncteur !

 

"Et ouiiiiiiiiiiiiii ! Peut être que ce sont les plombs qui ont sauté !"

 

Dedin descendit alors les escaliers en courant (faut pas déconner, il fait chaud !) en direction du compteur général situé au rez-de-chaussée.

 

Maman, qui habite au premier étage juste en dessous de l'appartement de Dedin, était sortie sur son palier en entendant le cri bestial qui venait de l'étage supérieur, et regarda avec pitié sa benjamine passer sur son palier avec un visage sur lequel le désespoir pouvait se lire.

 

Re "NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !"

 

Tel est le son que fit la réalité en rattrapant brutalement Dedin !

 

 

 

* * *

 

1er jour - 23 heures - 8ème heure de la panne

 

Retour chez Patate.

 

Mr Patate pensait avoir une bonne idée en sortant les vieux jeux de société poussiéreux d’un placard et proposa une partie de Monopoly à Patate qui boudait dans un coin.

 

Au bout de 20 mn de partie, voyant que la partie tournait à son désavantage, Patate trouva malin de souffler sur la bougie, seule source d'éclairage de la pièce.

 

Profitant de cette diversion et de l'obscurité, Patate pensait ainsi taper quelques billets dans la banque, incognito, et tomba sur la main de Mr. Patate qui était posée sur les billets de la banque, ce dernier ayant deviné le plan tordu de la sister qui piqua sa colère.


"Maa j'y crois pas, tu me surveilles ?! Traite moi de tricheuse tant que tu y est ! Eh ben voilà ! Si t'as pas confiance, moi je joue plus !" et pour donner un aspect plus théâtral à sa sortie, Patate se leva d'un bond renversant le plateau du jeu et les pièces qui s'y trouvaient, et allait se diriger vers la chambre dans l'obscurité la plus totale.

 

Allait se diriger ? oui parce qu'elle n'y parvint jamais...

 

Glissant sur les pièces en plastique qui jonchaient le sol, elle atterit lourdement sur son séant et se cognit non moins lourdement la tête contre le mur tout proche.

 

"Je te préviens, si tu oses rire t'es mort" souffla-t-elle à Mr Patate en essayant de se relever le plus dignement possible.

 

* * *

 

Pendant ce temps chez Dedin.

 

Après avoir passé de longues minutes à tenter de joindre EDF pour exiger un retour immédiat du courant, Dedin finit par apprendre que tout le département était touché et qu'il allait falloir prendre son mal en patience. (Sauf que patience, Dedin connait pas !)

 

Du coup, programme de la soirée : chercher des piles pour que les parents puissent écouter la radio et savoir ce qu'il se passe dans le reste du département.

 

Maman : "Tu n'as qu'à nous donner les piles de ta Game boy !"

 

Dedin : "Alors primo, c'est pas une Game boy, c'est une Nintendo DS, et secundo, ça marche pas avec des piles, mais avec une batterie !!!"

 

Maman venait de remuer le couteau dans une plaie déjà béante : la batterie de la Nintendo DS s'était vidée quelques jours auparant, mais Dedin, grande procrastinatrice devant l'éternel, n'avait cessé de retarder son chargement, à son grand dam en cette soirée de merde !

 

Et alors que la pauvre Dedin suait sang et eau, à la lueur d'une petite bougie,  parfumée à en croire l'odeur à la pisse de chat, pour trouver des piles à ses parents, ces derniers de leur côté, avaient eu le temps de prendre leur douche à la lueur de plusieurs grosses bougies délicatement parfumées à la vanille.

 

Finalement, Dedin put fournir des piles à ses parents en prenant celles qui n'avaient pratiquement jamais servi dans le compteur électronique de son vélo d'appartement.

 

Avec un cumulus commun pour les deux appartements et étant la dernière à prendre sa douche, bien évidemment, Dedin eut droit à une douche glacée !

 

Et alors qu'elle avait essayé de ne pas mouiller ses cheveux lissés, bien evidemment, une intempestive giclée d'eau glacée vint tremper tout un côté de sa tête.

 

"Bon c'est pas grave ! Ok c'était une soirée de merde, mais demain matin ça ira mieux, le courant devrait être rétabli et je pourrais refaire mon lissage!" se dit naïvement Dedin, se berçant de douces illusions pour tenter de relativiser la situation.

 

Après sa douche glacée, Dedin entrepris de préparer ses vêtements pour aller travailler le lendemain.

 

Mais, Dedin, procrastinatrice represent, ne fait jamais de repassage à l'avance et repasse ses vêtements au fur et mesure, du jour pour le lendemain.

 

"Eh ben voilà ! Comment je vais repasser mon tee-shirt moi maintenant ?! Gniii j'en ai marre ma vie est pourrie" se lamenta-t-elle.

 

Le jean, pas besoin de le repasser ! Une fois enfilé, il est suffisament rempli pour ne pas laisser de place au moindre pli. (Il faut bien des avantages à être un peu enrobée !)

 

Toutefois, au niveau du tee-shirt, Dedin est nettement moins enrobée, et donc, pas moyen de d'échapper au repassage.

 

Et là, un éclair de génie ! Le sens du système D fit un retour fracassant !!!

 

Dedin se souvint avoir vu dans un film (Bon ok, c'était un film avec des blédards style Salut Cousin, ou Bab el Web) qu'un gars qui n'avait pas de fer à repasser avait placé son pantalon à plat sous son matelas, avait dormi dessus et le lendemain le pantalon n'avait plus un pli.

 

Dedin, toute contente d'avoir trouvé une alternative à son problème, courait déjà vers sa chambre.

 

Elle se mit à genoux et souleva le lourd matelas avec sa main gauche tout en essayant de bien mettre à plat son tee-shirt avec sa main droite.

 

Mais le matelas était vraiment très lourd pour n'être soulevé que d'une seule main, alors, jamais à court de bonnes idées, Dedin pensa alors maintenir le matelas à la seule force de sa tête, pour pouvoir libérer ses deux mains et lisser correctement son tee-shirt.

 

"CHBOINNNNNNNNNNNNNNNG"......

"GNNN ! GNNN ! GNNN ! GNNOO FEFOUUUR !"

 

Le premier son est celui que fit le matelas en propulsant, telle une énorme catapulte, la tête de Dedin contre le sommier.

 

Le deuxième son est celui que fit Dedin, à genoux par terre, la tête coincée entre le matelas et le sommier, tentant en vain d'appeler au secours.

 

Vous avez maintenant l'habitude de ce qu'il advient des bonnes idées des sisters...

 

A quatre pattes devant son lit en train d'étouffer la tête coincée sous le lourd matelas, Dedin crut sa dernière heure arrivée.

 

Elle réussit tant bien que mal à extirper sa tête du piège et, le visage tuméfié et les cheveux ébouriffés, imagina un instant quelles auraient pû être les conclusions de la police scientifique si sa mésaventure lui avait été fatale.

 

 * * *

 

Conclusion : Oui, nos ancêtres vivaient sans électricité, sans jeux vidéos, sans fer à repasser mais ils devaient se faire rudement chier.

 

D'ailleurs si l'espérance de vie était beaucoup plus courte à l'époque c'est parce qu'ils mouraient tout simplement d'ennui.

 

Une soirée sans télévision, passe encore.

 

Un après-midi sans climatisation. Chiche ! Le bureau chauffé style "Hammam" c'est bon pour la peau.

 

La veillée autour de la lueur d'une bougie ? Pourquoi pas... Si la bougie est posée sur un énorme gâteau d'anniversaire.

 

Electricité on t'aime ! 

 

Sans titre 1

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires de tous les jours
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 15:32

Il était une fois deux soeurs fainéantes à un point que vous ne pouvez pas imaginer, de vraies feignasses represent.

 

Elles avaient la fâcheuse habitude de tout remettre au lendemain, au surlendemain, voire au semestre prochain.

 

Tout ? Non !  Manger, râler, faire les 400 coups , pour cela elles étaient hyper ponctuelles et même souvent en avance.

 

Un jour pour combattre la paradoxale hyperactivité dont elles souffraient, elles décidèrent de partager leurs aventures dans un petit blog.

 

Sauf, qu'il fallait le tenir à jour, et que multipliant les aventures et anecdotes en tout genre pour raconter ces dernières, il fallait s'y atteler de façon quasi quotidienne...

 

Dedin comptait sur Patate.

 

Patate comptait sur Dedin.

 

Et 6 mois passèrent...

 

Et en bonnes filles du Sud, elles ne daignèrent pas bouger le petit doigt de tout l'hiver, remettant sans cesse au lendemain et accusant la météo de leur honteuse paresse.

 

Elles se sont même posé la question de savoir si elles n'étaient pas comme certains reptiles, anquilosés et handicapés par le froid, attendant tranquillement les premiers rayons du soleil de l'été pour retrouver ardeur et mobilité.

 

Maintenant que le soleil est là (big fail), les sisters semblent retrouver une relative mobilité dans leurs petits doigts engourdis et boudinés, et doivent publier six mois de billets en retard.

 

Ainsi donc, les sisters "devraient" pouvoir  être en mesure vous faire partager leurs délires en tout genre beaucoup plus régulièrement pendant les beaux jours (sous réserves des prédictions de Météo France).

 

Les sisters vous disent donc à bientôt... normalement.


Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires de tous les jours
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 19:04

Les sisters sont douées d'un courage à toute épreuve... mais d'un sang-froid qui laisse vraiment à désirer !

 

Il faut savoir que c'est de famille, on aime vraiment beaucoup les films d'horreur, les histoires effrayantes, les trucs chelous à ne pas fermer un oeil de la nuit.

 

Toutes petites jeunes déjà, nous avions vu la majorité des grands classiques du cinéma d'épouvante.

 

Il faut savoir aussi que dans notre culture les anges et les démons (appelés communément djinns), occupent une place importante.

 

Lors de nos vacances en Algérie, nous squattons immanquablement à Collo chez l'une de nos tantes que nous surnommons Tata Couscous (Tata si tu nous lis ♥) où l'un des rituels consiste à réunir le soir après le repas, petits et grands, et à écouter les anciens raconter des histoires plus effrayantes les unes que les autres.

 

Une chaude journée du mois d'août, après un super repas de grillade de sardines, la famille se rend sur le toit-terrasse de la maison pour passer la soirée et il y est question notamment de démons qui attendent la tombée de la nuit pour traquer les plus faibles...

 

Bref, il est temps d'aller se coucher et Tata nous laisse gentimment sa chambre qui se situe juste à mi-chemin entre la cuisine et  les escaliers menant au toit-terrasse.

 

Les sisters vont donc se coucher en laissant la porte juste légèrement entrouverte de quelques centimères. C'est qu'il fait chaud l'été au bled !

 

Et là, en plein milieu de la nuit,  quelques légers bruits attirent légèrement notre attention, mais bon, au bled il y a toujours plein de bruits, et vu que le cafard algérien mesure environ 20 centimètres, et que le cafard colliote, très coquet se ballade en plus avec des chaussures en cuir croco, donc on se rendort aussitôt.

 

Soudain, un énorme grognement horrible se fait entendre juste derrière notre porte.

 

Début de panique !

 

Si le cafard colliote est particulièrement bruyant, il est d'une nature très joviale et ne râle que rarement.

 

Un nouveau grognement se fait entendre immédiatement suivi par un troisième, plus grave que les deux premiers.

 

- "Merde ! Mais c'est quoi ce truc ?!" lance Patate en essayant de distinguer Dedin dans la pénombre de la chambre.

 

Dedin n'a même pas le temps de répondre que de nouveaux grognements de plus en plus féroces se font entendre et semblent résonner dans toute la maison.

 

- "Non mais c'est quoi ce b....l !!!"

 

Là, on commence à flipper sérieusement, mais les grognements sont tellements forts qu'immédiatement on se rassure : forcément quelqu'un va se lever pour venir voir ce que c'est et on pourra se rendormir sereinement.

 

Et ben walou !

 

Personne ne se lève, personne ne bouge et les grognements reprennent de plus belle à quelques centimètres derrière la porte.

 

- "Vas-y, tu sais quoi allume la lumière et on ouvre la porte pour savoir ce que c'est" propose Patate.

 

Sauf que pour allumer la lumière, faut ouvrir la porte car l'architecte qui a conçu les plans de la maison est le cousin par alliance de Numérobis et l'interrupteur de la chambre se trouve à l'extérieur, dans le couloir.

 

- "Ben vas-y ! lève-toi ! va l'allumer la lumière rigolote !" rétorque Dedin qui continue : "Non, moi j'propose qu'on mette la tête sous le drap et qu'on ferme les yeux, histoire de ne pas voir ce que c'est ! Au moins si on voit rien, on n'sera pas traumatisées, enfin... pas plus traumatisées qu'on ne l'est déjà !"

 

A ce moment là, en plus des grognements, viennent s'ajouter des petits coups dans la porte de la chambre comme si la créature qui se trouvait derrière tentait d'entrer.

 

Grosse panique, les sisters se dressent sur le lit et commencent vraiment à se chier dessus (pardonnez du peu).

 

- "On aurait jamais dû prendre cette chambre, elle n'a qu'une porte et pas de fenêtre* on peut même pas se barrer !!!"

 

- "Ouinnnnnn !!!! On va tous mouriirrrrrr ! "

 

monster.jpg

 

Boum ! Un nouveau coup dans la porte qui provoque chez nous un début de double infarctus du myocarde de l'estomac ! (si, si, chez nous, Patato Dindus, c'est possible !)

 

Là, deux solutions s'offrent à nous :

 

1) crier au secours et passer pour deux grosses flippettes de merde... (ce que nous sommes, tout à fait entre nous)

 

2) la fermer et flipper en silence jusqu'au lendemain et si jamais on survit passer pour deux nanas super courageuses alors que toute la famille a été mangée par un yéti ou enlevée par des extraterrestres ou des djinns. (selon nos déductions ça ne pouvait être que ça).

 

On choisit donc la deuxième solution. (désolées la famille !)


 

Boum ! Boum ! Grrrrrrr ...

 

Les bruits redoublent de plus belle, la porte en tremble... Le truc derrière doit être énorme !

 

Courageusement, on se lève pour essayer de voir si la porte va tenir le coup et on commence à se demander avec quel meuble on pourrait la bloquer si jamais le monstre essayait vraiment de rentrer dans la chambre.

 

Pendant une seconde, Patate pense même à passer la main par l'entrebaillement de la porte pour allumer la lumière, mais se reprend vite : c'est un classique des films d'horreur : Tu prends confiance et Paf ! Tu te fais bouffer la main !

 

Les sisters choisissent alors la stratégie du repli : en boule dans le lit à psalmodier des "Bismillah" en attendant le lever du soleil.

 

"- Ben ouais, si ça se trouve c'est un vampire et au premier rayon de soleil il va se barrer !"

 

Toute la nuit, les sisters sont restées éveillées, roulées en boule (très facile pour nous) au milieu du lit, à prier à chaque grognement que la chose derrière la porte nous laisse la vie sauve. C'est qu'il y a à manger sur nous quoi !

 

A la pointe du jour, nouvelle crise cardiaque qui a failli nous être fatale celle-là !

  

L'appel à la prière de la mosquée toute proche nous a littéralement fait mourir de peur.

 

Et là les grogrements se calment et finissent pas s'arrêter totalement.

 

C'est peut être un piège ! On connait nos classiques par coeur ! La tête de nous, on ne bouge pas du lit ! Laissons les autres se lever en premier et découvrir le désastre.

 

Puis tout doucement, les premiers rayons du soleil filtrent sous la porte. Pourtant, aucun bruit, rien. 

 

Merde  ! Connaissant la famille, c'est pas bon signe...

 

Mortes de fatigues et de peur, on finit par s'endormir tout doucement.

 

Quand soudain...

 

"Mais qu'est ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir des filles pareilles !!!! Venez ici !!!"

 

Les hurlements de Tata Couscous à l'attention de ses filles résonnèrent dans toute la maison tout le quartier :

 

"Qui a laissé la poubelle ouverte ??? Qui ???? Les chats sont rentrés par la terrasse pour manger les carcasses de sardines et ont tout renversé !!! Bla rabi vous allez me nettoyer ça tout de suite, sinon n'nahilkoum rassa li bèbèkoum** !!!!"

 

 

 

.... [silence]

 

Patate : "Pfff un vampire ! Mais t'as craqué toi ! Qu'est ce que tu veux qu'ils viennent faire au bled les vampires ?!! La honte sur toi, t'es une vrai flipette !"

 

Dedin : "Mais non c'est toi ! Moi j'ai même pas eu peur d'ailleurs ! Si j'suis restée dans la chambre avec toi, c'est parce que tu m'faisais pitié !"

 

... [silence]


 

'"Bon, faut vraiment qu'on arrête les films d'horreur !"

 

◊ - ◊ - ◊


* En fait, il y a avait effectivement une fenêtre dans cette chambre, mais qui donnait... sur le couloir ! Mais puisqu'on vous dit que l'architecte est le cousin de Numérobis...


** Traduction littérale : Je vais vous enlever la tête de votre père !

Bon ok, en français ça veut rien dire et ça n'paye pas de mine, mais en arabe, on vous assure, ça fait son p'tit effet ! Vous pouvez croire que nos cousines ne risquaient rien puisque la menace semble viser leur père... et bien non ! Sans entrer dans les détails, ce genre de menaces qui semblent de prime abord viser une autre personne, augure toutes sortes de sévices corporels à l'aide d'objets contondants divers comme balai, tuyau, pantoufle...

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires de tous les jours
commenter cet article