Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Sisters

  • : Maboulsisters
  • Maboulsisters
  • : Deux sœurs partagent leurs délires et déboires de tous les jours à Maboulworld
  • Contact

Pour écrire aux sisters

maboulsisters@gmail.com

Archives

Pages

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 21:39

Ce titre évoquera pour la majorité d'entre vous celui d'une jolie petite comptine que l'on chantait pendant la récréation dans les cours d'école, et lors de laquelle on se tenait par le menton pour figurer la barbichette....

 

Ouais... ben sauf que nous, on ne figurait rien du tout... Velues comme des orang-outans (qui encore eux ont la chance d'avoir de longs poils roux soyeux), brunes comme des gorilles (toutes aussi gracieuses d'ailleurs), les sisters ont vraiment été gâtées par mère nature côté pilosité.

 

Pour lutter contre ce fléau, les sisters ont tout essayé :

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chez l'esthéticienne où le passage en caisse te fait plus mal au cul que les poils qu'elle vient de t'y arracher,

 

- Check, les séances décoloration à la maison avec du peroxyde made in bled, le fameux Blond d'Or, que si tu en fais tomber une goutte sur tes vêtements, ils ne se décolorent pas, il fondent..... et le super résultat avec la moustache toute blonde et le dessus de la lèvre qui pèle et vire au rouge vermillon... (limite tu préfère dire que tu as de l'herpès plutôt que d'expliquer comment tu en est arrivé là),

 

- Check, les séances d'épilation à la cire chaude home made, avec le petit pot tout prêt à réchauffer au micro-ondes ou au bain-marie, que tu te renverses sur les mains (c'est à dire le seul endroit non poilu),

 

- Check les séances d'épilation à la cire de chez nous et le cramage de deux ou trois casseroles avec une super odeur de caramel cramé dans toute la rue,

 

- Check aussi, les séances de dépilation au disque abrasif où tes poils cramés te filent une odeur de "bouzellouf" super méga tenace (même s'il est vrai que cette solution rend la peau super douce).

 

On a même essayé de faire croire qu'on souffrait d'hypertrichose mais l'un des symtômes de cette maladie étant la malnutrition, on s'est vite fait griller avec nos joues aussi grosses que nos fesses....

 

Non mais sérieux, c'est quoi ce lobby du poil ?  On envoie des hommes dans l'espace, on fait des opérations à coeur ouvert plus rapides qu'un passage au drive chez McDo et on a toujours rien trouvé pour empêcher les poils de repousser...

 

sexy-chewbacca.gif

 

L'ultime recours... l'épilation au laser !

 

Rendez-vous est donc pris chez notre dermatologue adorée, qui se moque un peu de nous, et nous explique qu'il y a beaucoup plus poilu  (qui ? Chewbacca ?) et qu'on fait un peu une fixette sur un problème qui n'en est pas un.

 

Après avoir écouté nos jémériades, elle nous propose une dizaine de séances, pour le visage uniquement.

 

Bon allez c'est parti ! Rendez-vous est pris un mois plus tard avec l'obligation de ne plus s'épiler à la pince ou à la cire et de venir au rendez-vous le visage fraîchement épilé soit à la crème dépilatoire (se cramer la peau avant une épilation laser mais quelle bonne idée !),  soit épilé au rasoir.

 

Se raser ? Comme les keums ? Sérieux ? Pinaise elle est pourrie notre vie !

 

La date du premier rendez-vous arrive, tirage au sort à plouf-plouf dans la salle d'attente devant les clients médusés pour savoir laquelle passe en premier.

 

 

♦♦♦

 

Dedin Vs Laser

 

J'ai gagné à la plouf et c'est donc à moi qu'est revenu le "privilège" de commencer...

 

Vous comprendrez à la fin de mon témoignage, pourquoi le mot privilège est savamment mis entre guillemets.

 

Avant même de commencer, j'étais déjà traumatisée par le fait d'avoir dû, la veille au soir, me raser.... me raser le visage j'entends.

 

Car bien sûr, type méditerranéen et galliforme obligent, j'avais d'ores et déjà évidemment testé le rasage ailleurs que sur mon visage...

 

La dermato me demande si ça va.

 

Dans ma tête : "Ben tu m'as pas encore touchée, donc ça serait grave si ça n'allait déjà pas..."

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec le sourire crispé qui va avec.

 

La dermato me demande alors de m'allonger sur la table d'auscultation et de me détendre.

 

J'aurais peut être réussi, si je ne l'avais pas vu s'armer d'énormes lunettes, et commencer à faire biper dans tous les sens une sorte de transformateur électrique... qui je le comprends sur le coup, s'avère être la machine à laser.

 

Sur ce, la dermato se retourne et me tend une paire de lunettes de protection qui ressemblent à des lunettes de piscine, mais en métal... ça rassure vachement !!!

 

Elle me repose la question : "ça va toujours ?"

 

Dans ma tête : "Putain, pourquoi elle n'arrête pas de me demander si ça va, alors qu'on n'a rien commencé ? Elle va m'exécuter ou quoi ???"

 

En vrai : "Oui, tout va bien", avec un sourire de plus en plus crispé et les yeux exorbités.

 

Avec le recul, je crois que je devais un peu tirer cette tête là :

 

scrat2

 

Du coup, je cromprends mieux pourquoi la dermato n'arrêtait pas de me demander comment j'allais...

 

J'enfile les lunettes de plongée en métal et me retrouve donc dans l'obscurité totale... de plus en plus rassurant !!!

 

Et là, j'entends tout à coup un bruit ressemblant à celui que ferait un aspirateur, et je me crispe de plus en plus en m'aggripant à la table.

 

Tiens ! Un peu comme sur l'image ci-dessus maitenant que j'y pense...

 

Je relève un côté des lunettes pour voir d'où vient ce bruit terrifiant, et je vois la dermato se rapprocher de mon visage avec dans l'une de ses mains un tuyau blanc raccordé à une machine, duquel s'échappe un souffle glacial.

 

La dermato se veut rassurante : "Ne vous inquiétez pas ! C'est juste de l'air froid que je vais diriger sur votre visage en même temps que le laser pour anesthésier la peau et limiter la douleur."

 

Moi : "Oui, tout va bien" me rendant compte alors qu'elle ne m'avait pas posé la question...

 

Je replace mes lunettes de protection et me rallonge.

 

La dermato actionne le laser et le bruit est assez impressionnant : une succession de bips et de cliquetis des plus assourdissants.

 

La dermato : "Détendez-vous, je vais commencer."

 

Moi : "Oui, tout va bien"...

 

 

Et alors que je suis au comble de la crispation, la séance commence enfin... et finalement je m'attendais à pire !

 

On ressent une sorte de picotement plus ou moins intense selon les zones du visage.

 

Ce n'est pas très agréable, mais ce n'est pas la mort non plus !!!

 

La moustache est incontestablement la zone la plus sensible.

 

Je reconnais avoir versé une larme ou deux... mais tout comme je l'aurais fait avec une épilation à cire !

 

Le plus dur aura été de réussir à contrôler ma respiration avec ma bouche, pendant que la dermato persistait à diriger le souffle d'air froid en plein dans mes narines...

 

Toutefois, contrairement à un tubercule dont je ne citerai pas le nom, je sais me contrôler et tout s'est bien passé.

 

A la fin de la séance, on ressent effectivement une sensation de chaleur et des petits picotements, mais ce n'est pas le pire.

 

Le pire c'est l'odeur de poils grillés qui flotte dans la pièce, et qui je m'en rends compte avec effroi, émane de mon visage !!!

 

La dermato me tend ensuite un petit tube de crème hydratante en me conseillant de m'en appliquer toutes les deux heures jusqu'au soir.

 

Je remercie la dermato qui me raccompagne alors vers la salle d'attente pour pouvoir s'occuper ensuite de la deuxième sister.

 

Et alors que j'observe Patate suivre la dermato pour subir bénéficier du même traitement, je réalise l'erreur stratégique que représentait le fait de passer la première.

 

Le Cabinet médical est composé de 3 médecins qui partagent une seule et unique salle d'attente bondée de patients... et je vais devoir y attendre Patate pendant 10 à 15 minutes durant lesquelles mon visage exhalera une odeur de barbecue cramé et les sensations de chaleurs se transformeront en rougeurs et boursouflures.

 

La prochaine fois, je passerai en second !!!

 

♦♦♦

 

Patate Vs Laser

 

Avant le rendez-vous, en bonne hypocondriaque qui se respecte, j'ai lu sur internet que ce n'était pas très douloureux, donc confiante j'enfile les lunettes de protection que me tend la dermato et je m'allonge sur le fauteuil.

 

Je demande une dernière fois : "Ca fait pas mal hein ?"

 

"Allez arrêtez d'y penser, on y va !"

 

"Oui mais vous avez pas répondu à ma question..."

 

"Chut ! ne bougez plus !" répond-elle en approchant le laser

 

Gnaouuuuuuarrrrgh !

 

C'est à peu près le son que j'ai émis après les 3 premières secondes de laser.

 

Je pleure de douleur, je supplie la dermato d'arrêter :

 

"C'est pas grave finalement c'est original une femme à barbe, je vais lancer une mode... Pitié laissez-moi partir..."

 

J'essaye de me lever, elle me maintient le thorax de son autre main "Non mais c'est pas fini ce cinéma ? Allez calmez-vous et respirez ça va aller"

 

(Nota : pendant qu'elle passe le laser sur la zone à épiler, un souffle assez fort d'air glacé vous fouette le visage pour limiter la sensation de chaleur)

 

Vous savez respirer tout en hurlant et pleurnichant avec en plus un jet d'air glacial qui vous empêche de prendre votre respiration ?

 

Moi non plus ! J'essaie de respirer doucement pour voir si ça fait passer la douleur.

 

Impossible !  Walou ! Je supporte mieux en couinant comme une bête !

 

Arrivée sur la zone de la moustache, je suis sûre d'avoir battue le record en apnée tout en hurlant des insanités à toute l'humanité...

 

Bref dix minutes interminables de torture que j'ai endurées avec la classe et le flegme de... en fait non, une vraie merde !

 

La dermato arrête le laser, j'enlève les lunettes de protection, mon mascara a coulé, mon nez coule encore, mon visage est tout chaud... et dans l'air flotte une odeur de cochon grillé.

 

Je me rassieds... La dermato me demande "C'est fini ? Ca va ? Vous ne vous sentez pas  trop ridicule ?"

 

"Moi ridicule ? Non ! J'assume ! Je suis Merda represent !"

 

Je sors de la salle laser, la secrétaire peine à retenir son fou rire en me voyant, je hausse les épaules... (pfff elle peut pas comprendre c'est une blonde) ... et je traverse la salle d'attente bondée de clients qui me dévisagent en souriant... Je les snobbe et trace ma route (Je vous merde ! Moi je viens pour mes poils, pas pour une mycose des orteils).

 

♦♦♦

 

C'est pas fini, il faut encore traverser tout le quartier pour aller récupérer notre voiture, avec nos visages rouges et boursoufflés, et une subtile odeur de bouzellouf qui flotte dans notre sillage....

 

On sait, on sait vous pensez on s'en tape de vos tronches cramées... Mais au final est ce que ça marche ?

 

Si t'es comme nous (brune, velue et blanche [voire jaune] comme un cul) oui ça marche !

 

Pour épiler le reste de nos corps de volaille, on a opté pour l'épilation à la lumière pulsée.

 

Le coût de l'investissement dans un bon appareil (comme le nôtre par exemple) te fait aussi mal qu'une séance d'épilation du maillot au laser.

 

Simple à utiliser, tu rases, tu flashes, tu pleures (uniquement quand tu t'appelles Patate... car Dedin est plus digne)

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires esthétiques
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 20:20

Vous vous rappelez le premier rendez-vous ? Voilà la suite...

 

Deuxième rendez-vous : les empreintes, à partir desquelles vont être réalisés des moulages.

 

Tout d'abord, petit rappel : la salle de soin de l'ABONIMABLE DOCTEUR A. se situe au rez-de-chaussée, avec une baie vitrée à stores trés écartés, et des passants qui vont et viennent à leur guise juste devant (sachant que les sisters habitent dans une région du  sud-est très prisée des touristes à tout moment de l'année).

 

Voilà donc les sisters, installées dans les fauteuils de torture de la salle de soin du Dr. A, face à la baie vitrée , "prêtes" pour la phase 2  du diabolique "plan Humiliation" de ce dernier.

 

"Aujourd'hui Mesdemoiselles, nous allons prendre vos empreintes"  annonça le Dr. A de sa voix mielleuse.

 

Pas méfiantes pour un sou malgré le premier rendez-vous qui s'était avéré assez traumatisant, les sisters continuent de sourire naïvement, n'imaginant pas une seule seconde comment ce deuxième rendez-vous pourrait être aussi traumatisant que le premier.

 

...

 

Voilà comment ce deuxième rendez-vous s'est avéré aussi traumatisant que le premier :

 

 

Pour réaliser des empreintes, l'assistante du Dr. A, que nous appelerons Melle B., a préparé une pate à empreinte à base d'alginate de sodium.

 

C'est une espèce de pate épaisse et visqueuse, dont la couleur diffère selon les praticiens.

 

Le Docteur A a choisi un alginate de couleur bleu foncé... très naturel et peu voyant dans la bouche !!!

 

Melle B. enduit  généreusement les porte-empreintes d'alginate, se retourne vers les sisters avec un sourire trop grand pour être franc, et dit d'une voix toute aussi mielleuse que celle de son patron : "Ouvrez grand la bouche, faites AAAAAAAAAA".

 

etape-moulage

L'image représente d'abord le porte-empreinte, ensuite l'empreinte en alginate, et enfin, le moulage en plâtre.

   

Cette fois-ci, le ton mielleux et le sourire façon "homme politique en campagne" de l'assistante ont eu raison de la confiance et de la frêle décontraction des sisters.

 

Du coin de l'oeil, les sisters se regardent d'un air paniqué, et il est difficile de dire si cela était dû à la vision de l'imposant porte-empreinte en plastique ou de l'alginate bleu qui en dégoulinait, ou tout simplement du tout qu'elles allaient devoir mettre dans leur bouche.

 

- "Allez, du courage les filles, plus vite on commence, plus vite on finit." relance Melle B à la manière d'un coach exalté.

 

"Sauf que si on décide de ne pas commencer du tout... on peut considérer que c'est déjà fini" pensèrent de concert les sisters.

 

Après quelques minutes d'hésitation, les sisters se ravisent et prennent leur courage à deux mains, ne voulant pas que l'humiliation du premier rendez-vous n'ait finalement servi à rien.

 

Hop... Hop.... (Je préfère écrire "hop" car le vrai bruit est bien trop écoeurant  et difficile à décrire par écrit) en deux coups de main, Melle B. place les porte-empreintes dans la bouche de l'une, puis de l'autre en précisant : "Mordez bien le porte-empreinte et ne bougez plus. Respirez uniquement par le nez pour ne pas faire de bulle dans la pate !"

 

"RESPIREZ UNIQUEMENT PAR LE NEZ ??????" Et c'est maintenant qu'elle nous le dit ? Une fois qu'on a la bouche colmatée par l'alginate bleu qui nous dégouline au coin des lèvres ?????

 

Et si on avait le nez bouché ? Ou la crève et donc le nez qui coule ?

 

Voilà le genre de pensées vers lesquelles l'esprit des sisters se tournent à présent :

 

1- Prions Dieu pour ne pas avoir le nez bouché et donc ne pas mourir d'asphyxie pendant la prise d'empreinte (tout en s'imaginant l'article dans la rubrique Faits divers du journal local : "Une jeune femme meurt d'asphyxie dans le Cabinet de son Orthodontiste pendant une prise d'empreintes dentaires. La malheureuse souffrait d'obstruction nasale !")

 

2- Prions Dieu pour ne pas avoir le nez qui coule et donc risquer, soit de voir une coulée de mucus nasal (c'est de la morve, mais c'est plus classieux) se diriger lentement mais inéxorablement vers la bouche, soit de faire une bulle par une narine en essayant de respirer tout en maintenant le mucus à l'intérieur du nez.

 

Au bout de quelques secondes, l'alginate, qui met un certain temps à se solidifier, coule non seulement un peu à l'extérieur de la bouche, mais coule également à l'intérieur !

 

Du coup, les pensées des sisters changent de cible :

 

3- Comment empêcher l'alginate de couler dans la gorge, sans bouger et sans ouvrir la bouche ?

 

Encore quelques secondes plus tard, l'alginate commence à se solidifier et les coulées s'arrêtent.

 

Les sisters soufflent un peu. Enfin... c'est une façon de parler car dans ces moments là, mieux vaut éviter de souffler par le nez !

 

Deux minutes plus tard, l'alginate est complètement solidifié et il faut retirer le porte-empreinte.

 

Vous croyez que le calvaire est fini ? Détrompez vous !

 

L'alginate a "fusionné" avec vos dents et il faut maintenant forcer pour décoller le porte-empreinte

 

Vous avez alors l'impression que l'on essaye de vous arracher toutes les dents en même temps... et nous avions l'impression que Melle B allait y parvenir !

 

alginate.jpg

 

 

L'une des sisters (par souci de discrétion nous ne divulguerons pas son identité) s'est alors agrippé avec tant de force au bras de la pauvre Melle B que celle-ci en a eu le dos bloqué pendant plusieurs jours !

 

L'autre sister a senti quelque chose se détacher de sa machoire, tomber au fond de sa bouche, et commencer à glisser vers sa gorge.

 

PANIQUE A BORD ! "Cette S....E a tellement forcé qu'elle m'a arraché une dent !"

 

Une fois le porte-empreinte retiré, la deuxième sister s'empresse de cracher la dent qui était en train de partir au fond de sa gorge : fausse alerte... il ne s'agissait que d'un morceau d'alginate !

 

Ouf ! C'est terminé !

 

Les empreintes en alginate serviront à réaliser des moulages en plâtres, qui eux apporteront à l'Orthodontiste une multitude d'informations sur les malpositions des dents et pourront être numérisés et stockés dans les fichiers infomatiques.

 

Contrairement à ce que cela peut sembler, tout ce qui a été décrit ci-dessus n'a duré qu'une dizaine de minutes, mais une dizaine de minutes forte en émotions... et toujours sous le regard des gens qui passent devant la baie vitrée.

 

Le Docteur A nous autorise ensuite à nous rincer la bouche à l'eau et nous invite à retourner dans la salle d'attente pendant que son assistante prépare le matériel pour passer les radios.

 

Le deuxième rendez-vous étant plus long à raconter que le premier, les sisters ont décidé de le scinder en deux billets, d'une part les empreintes, et dans un prochain billet, les radios.

 

 

Repost 0
Published by Maboulsisters - dans Délires esthétiques
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 20:35

"Quand les poules auront des dents !"

Vous connaissez certainement tous cette expression ?

Mais saviez-vous que les dindes, elles, en avaient.

Attention, je ne parle pas de toutes les dindes ; seulement celles qui ont un blog intitulé "Maboulsisters".

En effet, les drôles d'oiseaux que sont Patate et Dedin, elles, ont des dents.

Le problème avec les dents de dindes, c'est que contrairement aux dents que l'on peut observer chez l'espèce humaine, elles ont tendance à pousser en dépit du bon sens... et dans tous les sens !

 

 

C'est donc afin de mieux se fondre dans la masse, et de passer plus ou moins inaperçues au milieu des humains, que Patate et Dedin ont décidé en 2003, de passer par la case "Orthodontiste".

Et qui dit orthodontiste, dit évidemment barbelés appareils dentaires !

 

Le traitement orthodontique a été long et jalonné de moments "particuliers" que les sisters partageront avec vous au fil de plusieurs billets.

 

L'orthodontie adulte : témoignages des sisters.

 

Premier rendez-vous chez l'orthodontiste :

 

Le premier rendez-vous chez l'orthodontiste est l'un des plus douloureux.

 

Pas tant au niveau physique (quoique), mais surtout au niveau de LA HONTE !

 

Oui, LA HONTE, en majuscules !

 

Il manque juste l'écriteau "TOI QUI ENTRE ICI, ABANDONNE TOUTE DIGNITE"

 

Lors du premier rendez-vous, l'orhodontiste, appelons-le Dr. A, nous a placé dans la bouche un accessoire diabolique !

 

Non, sérieusement ! Seul le Malin a pu créer un engin pareil !

 

C'est un accessoire en plastique, que l'othodontiste vous place de chaque côté de la bouche, et qui au fur et à mesure... écarte les lèvres pour mieux voir les dents : nous appelerons cet appareil démoniaque "l'écarteur".

 

C'ETAIT HORRIBLE !

 

Voici ce à quoi ça ressemble, et ce que ça donne...

 

ecarteur-copie-1.jpg

Très glamour isn't it ?

 

Non seulement, on ne peut pas dire que la sensation fut trés agréable, mais le pire, c'était la dégaine qu'on avait.

 

Essayez de vous imaginer la scène : Nous avions un écarteur dans la bouche, nos dents rebelles exposées, et surtout... difficile de déglutir et d'avaler sa salive quand on a appareil qui nous maintient la bouche grande ouverte.

 

Au bout de quelques minutes avec l'écarteur dans la bouche, vous commencez à sentir une douleur au niveau des commissures de vos lèvres et votre bouche se désécher.

 

Sutout qu'il fait très froid dehors, que votre nez est bouché et que vous respirez déjà difficilement avec la bouche.... et là vous vous demandez bêtement ce que ça ferait d'éternuer.... tout en priant très fort pour que cela n'arrive pas.

 

Vous continuez également à prier pour qu'aucune mouche ou n'importe quel insecte volant ne décide de passer par là et d'entrer dans votre bouche. (C'est con les craintes que l'on peut avoir quand on a dans la bouche un appareil qui vous empêche de la refermer !)

 

Et bien sûr, comme tout bon orthodontiste qui se respecte, le Dr. A possède un Cabinet en rez-de-chaussée, dont la salle de soins est dotée d'une immense baie vitrée donnant sur une rue passante,  laquelle baie vitrée est elle même est dotée d'un store dont les lames très fines sont les plus écartées qui soient !

 

En bref, tous les passants ont une vue imprenable sur ce qui se passe dans la salle de soins, et accessoirement dans votre oesophage !

 

En bon baratineur, le Dr A commence à nous expliquer dans le détail le pourquoi du comment de l'utilisation de l'écarteur.  Comme s'il ne pouvait pas le faire avant....  ça doit être son kif à ce démon de voir ses clients le regarder bêtement, la bouche déformée et par l'écarteur, et par le rictus de haine qui se dessine petit à petit en dessous....

 

Pendant ce temps, vous n'entendez qu'un lointain bruit.... les paroles du Dr A sont lointaines et voilées par votre préoccupation du moment : "Comment respirer sans baver le plus dignement possible ?" car vous sentez doucement un filet de salive qui se fraie un petit chemin entre l'écateur et vos lèvres et qui suinte tout doucement le long de votre menton.

 

3 heures... 15 minutes de bla bla plus tard, alors que la douleur au niveau des commissures des lèvres commence à devenir vraiment gênante, les sisters finissent par comprendre avec horreur, que le but de l'écarteur et de prendre des photographies des dents !

 

Autrement dit, non seulement le souvenir de cette séance de torture humiliante restera gravé à jamais dans nos mémoires, mais en plus, il y aura des photographies pour nous rafraichir la mémoire au cas où par miracle un psychologue réuissirait l'exploit de nous guérir de ce traumatisme !!!

 

Et c'est parti pour la séance de photo : De face, de profil, gauche, droite, gros plans, vues d'ensemble...

 

Et tout ça sous le regard des passants, qui,  intrigués par les flash, se montrent de plus en plus attentifs en passant devant la baie vitrée.

 

Et de penser très fort.... "Je ne suis pas un éléphant! je suis un être humain !!!!"

 

Une fois la séance de photo terminée, le Dr A nous retire enfin l'écarteur.

 

A ce moment là, votre bouche est tellement sèche que lorsque vous essayez de la refermer, vos lèvres restent collées sur vos gencives et vous êtes preque obligés de vous aider de vos mains pour refermer la bouche, en vous demandant si vos lèvres vont reprendre leur place ou continuer à pendre lamentablement.

 

Observant ce manège sans rien dire (Je suis sûre qu'en fait il se marrait intérieurement... c'est son kif on vous dit !), le Dr A a fini, au bout de 2 minutes qui nous ont semblé 2 heures, à nous proposer enfin un verre d'eau.

 

Pensant naïvement que notre séance de torture était terminée, et alors que nous nous empressions de rassembler nos affaires afin de détaler au plus vite, le Dr A nous a demandé de le suivre dans son bureau.

 

Et là, cerise sur le gâteau, le Dr A nous propose de visionner sur son ordinateur, les photographies prises dans la salle de soins quelques minutes plus tôt.

 

Voilà à peu près le genre de photos que ça donne :

 

dents2.jpg

 

 

Les sisters :"aaaaah !!!! c'est quoi ce truc ?! des dents de chacal ? De hyène peut être ? un animal carnivore c'est sûr en tout cas !"

 

Docteur A : "Non, non très chère ! ce sont vos dents !"

 

Les sisters :"........." (L'humiliation n'a pas de son !)

 

Le Dr A a finit par nous montrer ce qu'il fallait corriger, nous a expliqué comment le traitement allait se dérouler et nous a enfin autorisées à disposer après être préalablement passées à son secrétariat pour fixer le prochain rendez-vous : le moulage et les radios.

 

A bientôt pour la description du deuxième rendez-vous avec l'ABOMINABLE DOCTEUR A. 

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 20:43
Sur le net, on peut trouver toutes sortes d'astuces minceur pour avoir une taille de guêpe, de jolies jambes, un ventre plat...

L'une de ces astuces a particulièrement retenu l'attention de l'une de sisters.... :

"Avoir un ventre plat, sans effort"

Après coup, je reconnais que j'aurais dû me méfier d'une annonce aussi alléchante qu'improbable...

Enfin... bref à l'époque mon régime  m'épuise et met en danger physique les clients du Cabinet, je suis trop feinéante pour faire régulièrement de l'exercice physique, et donc pour faire simple, je crois encore au Père Noël...

Donc en flanant sur la toile, je tombe sur ce titre accrocheur...

Vite...vite je clique donc sur ce lien et je lis attentivement.... une ceinture de sudation portée sous les vêtements permettrait de perdre plusieurs centimètres en très peu de temps...

Mais c'est biensûr.... et la marmote elle met le chocolat dans le papier d'alu...

Je parcours alors quelques forums et les témoignages ne manquent pas... Il est même expliqué qu'avec crème amincissante en complément, les résultats sont spectaculaires !

Certaines radines du forum expliquent que cela marche aussi très bien avec du film alimentaire... qu'elles recommandent même de porter toute une nuit pour optimiser l'amincissement.

Grosso modo, il suffit de se badigeonner de crème amincissante, de se saucissonner dans du film alimentaire et de laisser la magie opérer.

Pourquoi diable s'emmerder à s'affamer avec des régimes draconiens et à suer comme une grosse truie devant la cassette de Jane Fonda, alors qu'on peut avoir les mêmes résultats en allant dormir emballée tel un petit nem prêt à emporter dans son emballage fraîcheur ?

Aussitôt lu, aussitôt fait, fière d'avoir trouvé l'astuce du siècle et me voyant déjà déambuler le lendemain dans mon petit 38, je me tartine la bedaine de crème amincissante (qui finalement n'a amincit que mon portemonnaie), et emballé c'est pesé, je vais me coucher.

De jolis rêves commençaient à envahir mon subconsient quand soudain ils se transformèrent en violents cauchemards.

Vers 4 heures du matin, grosse douleur fulgurante, poignante, lancinante... (bref une douleur à chialer sa race) me déchire les entrailles !

Mais que se passe t'il ? Quelqu'un m'aurait-il poignardé pendant mon sommeil ? Y'aurait-il le feu dans ma chambre pour qu'il fasse aussi chaud tout à coup ?

Non, non ! En fait rien de tout ça... j'étais juste en train de décéder !

Quand j'ai allumé la lumière, j'ai pu constater avec horreur que mon bidounet avait pris la même couleur violacée que mon couvre-lit.

Serais-je devenue un caméléon ?

Hé non ! c'était juste un mix entre une hémorragie interne, une occlusion intestinale, une gangrène et un début de paralysie des membres inférieurs !

Tant bien que mal, je me suis extirpée de mon lit telle une crèpe whaou pour me libérer de mon carcan.

J'essaie de trouver le bout du film alimentaire pour me désemballer, en vain !

La douleur et la chaleur deviennent insupportables...

Avant de céder à la panique et de sombrer dans un profond coma, j'ai juste eu le temps d'attraper une paire de ciseaux et de découper mon piège de plastique.

Ouuuuufff ! Tout d'un coup, l'air... et le sang ont de nouveau pu circuler librement dans mon corps, et j'ai senti la vie revenir en moi.

La couleur violacée de mon ventre a alors disparue pour laisser place à de violentes nausées.

Je suis donc retournée me coucher avec la gerbe, un mal de ventre terrible, et...ma graisse !

Résultat de l'opération : Oui, c'est vrai, ce système marche. Il peut vous faire maigrir très vite : Quand on est mort, on réussit très vite à rentrer dans du 38... 36...34...30 etc. et surtout aucun effet yo-yo ! Juste un effet yooooo.

Repost 0